27 mars 2016

Orsières dans la tempête de la grande histoire. (X)

On nous écrit:

Il y a quelques années, votre blog avait publié un feuilleton assez amusant à propos de l’affaire d’Orsières.

En résumé:

Le 11 septembre 1923 le colonel divisionnaire Bornand, 61 ans, célibataire, commandant du premier corps d’armée était dénoncé pour s’être prétendument exhibé nu aux fenêtres de l’Hôtel des Alpes.

Le colonel Arthur Fonjallaz va s’emparer de l’affaire pour tenter de déstabiliser l’armée en dénonçant la présence des colonels divisionnaires issus de la milice, il préfacera un ouvrage en 1925 sur la question et finira lui-même par dériver vers l’extrême droite en créant le parti fasciste suisse. Lors de la seconde guerre, il est condamné comme espion à la solde des nazis.

Le communiste Léon Nicole s’appuiera sur ce scandale en novembre 1925 pour réclamer au conseil national la démission du conseil fédéral.

Bornand meut en 1927, Fonjallaz en 1943 et Nicole en 1965,

La plainte avait été adressée par le sergent Auguste Estoppey, pasteur de Gryon qui sera obligé de démissionner pour calomnie, perdant son grade et son poste.

Votre feuilletonniste disait ignorer la suite de sa carrière. La voici:

Auguste Estoppey fut condamné à 20 jours d’arrêts et enfermé dans le fort de Savatan dans des conditions difficiles.

Cité devant la Commission synodale pour y répondre d’une plainte du conseil municipal de sa commune, il est mis en devoir de démissionner. Il lui est, de plus, donné à entendre qu’il ne pourra plus exercer dans le canton. Pour protester le conseil de paroisse démissionne en bloc. Peut on lire dans le journal «Le Nouvel Essor» qui en appelle à la création d’une ligue des droits de l’homme pour le défendre.

Auguste Estoppey a donc été contraint à l’exil après avoir été 14 ans pasteur de Gryon il travailla à l’église libre de Gênes, avant de revenir à l’Auberson après la mort du colonel Bornand (1927-1935), à Savigny (1935-1941). Entre 41 et 46 il fut réintégré dans l’armée et exerça comme aumônier militaire, une espèce de réhabilitation. Il termina sa carrière à l'Etivaz de 1946 à 1956, il est mort en 1959 à l’âge de 70 ans.

4 commentaires:

  1. Monstrueusement amusant. J'avais raté ce feuilleton!

    RépondreSupprimer
  2. Passionnant ! Vivement les prochains épisodes ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avez-vous lu les 9 premiers épisodes?

      Supprimer
  3. Non, mais je vais m'y mettre, je ne manquerais cet haletant feuilleton pour rien au monde :)

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.