11 décembre 2018

Le Nouvelliste met Orsières hors jeu


Alors qu'un débat débute à Saint-Maurice à propos d'une éventuelle réduction du nombre de conseillers communaux, le Nouvelliste du 11 décembre 2018 disqualifie Orsières en ne la comptant pas dans son classement:

Avec Crans-Montana, Saint-Maurice compte le plus grand nombre de municipaux en Valais. Elle devance Bagnes et les quatre principales villes du canton avec neuf. Brigue ou Collombey-Muraz n’en comptent que sept. «Saint-Maurice (4600 habitants) est une petite ville qui connaît les mêmes problèmes que Martigny ou Monthey, avec beaucoup d’infrastructures à gérer» rappelle le président agaunois Damien Revaz, favorable à la réflexion.

FAUX

Rappelons que Orsières compte le plus grand nombre de municipaux en Valais ex aequo avec 11 conseillers, ce qui permet une bonne répartition politique et géographique.
Au moment où le conseil général de St-Maurice doit se prononcer sur la réduction du conseil communal, la responsabilité d'informer correctement sur ce dossier est d'autant plus grande pour le quotidien valaisan.

/UG

Le Matin Dimanche révèle une affaire ubuesque


UBUESQUE Dans un cabinet, propriété de la Commune, plusieurs dizaines de milliers de francs ont été investis pour accueillir une IRM. Mais il n’y a aucune trace d’une décision.


JULIEN WICKY

Installé il y a un peu plus d’une année dans un cabinet médical au cœur de la station de Verbier, un appareil d’imagerie par résonance magnétique (IRM) ne peut pas être utilisé. Les images qu’il produit au niveau des chevilles et des genoux notamment sont floues. Les causes précises n’ont pas pu être établies, mais on penche pour une perturbation du champ électromagnétique qui pourrait être due à la structure de l’immeuble. Pour le savoir, il faudrait pour cela sortir cet appareil de plus de 7 tonnes de son local qui est devenu un véritable sarcophage.

L’engin en tant que tel n’a pas été acheté et appartient à la société exploitante, mais il a fallu faire d’importants travaux pour faire entrer l’appareil et pour que la pièce le supporte. Les décomptes ne sont pas encore définitifs, mais les documents en notre possession évaluent ce montant à environ 227 000 francs dont environ 100 000 francs auraient servi exclusivement pour installer l’IRM dans la pièce. Pour résoudre le problème, il faudrait donc engager de nouveaux travaux. Sauf que lasituation se trouve aujourd’hui totalement bloquée puisque de grosses zones d’ombre subsistent sur les décisions qui ont permis l’arrivée de cette machine dans ce cabinet, propriété de la Commune de Bagnes.

En effet, la Municipalité avait initialement décidé «d’accorder un crédit de 1,8 million de francs» pour rénover l’entier du centre médical, mais aucune trace de cette IRM dans le projet. Contactée, la Commune nous assure, par la voix de son président, Eloi Rossier, que l’installation de cet engin relève de la responsabilité exclusive du médecin et ajoute «que le Conseil communal n’a jamais donné son accord.» Or les travaux ont été payés et suscitent des débats houleux dans la station.

Signe du malaise, les deux conseillers communaux responsables du dossier, en charge de la santé et des constructions, ont refusé de valider les paiements relatifs à l’IRM. L’un d’eux, Antoine Cretton, confirme. «Il n’était pas question de signer ces factures, faute de pouvoir s’appuyer sur une décision du Conseil communal concernant l’installation de cette machine et les travaux nécessaires, d’autant moins si c’était au médecin de s’en acquitter.» 

Locataire, le médecin nie devoir payer 


Locataire de ce cabinet, le docteur Hicham El Ghaoui, est formel. «J’ai demandé à la Commune s’il était possible d’installer cet appareil et j’en ai obtenu l’autorisation. J’aurais accepté de payer si j’avais pu devenir propriétaire. La Commune n’en a pas voulu. Mais à aucun moment il n’a été question que je paie pour la mise en conformité du local, je suis locataire.» Il a par ailleurs fallu l’intervention de la police pour escorter la machine. Et le médecin d’ajouter que la commune a résilié son bail pour juin 2019 et lancé un appel d’offres avec une augmentation de 150% du loyer. «Et cela au nom des rénovations réalisées.» Il reconnaît cependant avoir signé les décomptes pour «admettre l’utilité médicale de ces travaux».

Décision unilatérale? 


Plus troublant encore, l’architecte communal Antoine Wasserfallen affirme qu’un préavis négatif a été délivré dès le début sur l’installation de cette IRM. Des travaux trop complexes et trop coûteux auraient motivé cette décision. Entre les lignes, il semble donc évident qu’une autorisation communale était indispensable. L’IRM étant installée, qui a engagé les travaux et validé les paiements? Plusieurs sources évoquent des décisions qui pourraient émaner du président, mais ce dernier nous répète que la Commune n’a jamais donné son accord. Pourtant, il nous assure que les factures ont toutes été payées sur la base du crédit prévu, sans répondre sur l’auteur malgré nos demandes. Mais le dossier est en train de faire des étincelles dans la Commune. D’autant que le décompte final serait, surtout à cause de l’IRM, bien plus élevé que le budget d’origine. Pierre Troillet, élu de la formation minoritaire Entremont Autrement au Législatif communal, promet déjà «d’exiger la production des factures et de toutes les pièces, faute de réponses satisfaisantes».


Matin Dimanche 9 décembre 2018

10 décembre 2018

Revue de presse d'Entremont cette semaine: Fusion sur fond de scandale, Saint-Nicolas, louve, IRM et trompettes.

Nouvelliste du 3 décembre 2018:
Débat sur la fusion Bagnes-Vollèges.
«Je ne suis pas là pour porter un jugement, mais je préfère être observateur depuis la commune voisine qu’au cœur du scandale, ou pseudo-scandale.» a déclaré le député Bruno Moulin.
 Le débat se poursuivra lors des quatre cafés citoyens organisés mi-janvier dans les villages des deux communes. 

Walliser Bote du 4 décembre 2018:
Fusion zwischen Bagnes und Vollèges? 
Am Freitag versammelten sich in Châble rund 200 Bürger, um sich über die Fusion Bagnes-Vollèges zu informieren. Der Gemeindepräsident von Bagnes, Éloi Rossier, und sein Amtskollege Christophe Maret versuchten, die Anwesenden von der Fusion zu überzeugen. Von der neuen Einheit würde wohl vor allem die Gemeinde Vollèges profitieren, sagten sie. Die Fusion würde eine Gemeinde mit einer Einwohnerzahl von über 10 000 Bürgern entstehen lassen. Und laut Rossier hätte die Gemeinde dadurch eine kritische Grösse erreicht, um mit der Kantonalen Verwaltung eine gute Verhandlungsbasis zu haben. Denn zwischen den Tal- und den Berggemeinden gebe es einen immer stärkeren Interessenkonflikt. An dem Informationsabend wurden auch kritische Stimmen laut. So machen sich Bürger aus Vollèges sorgen um ihren guten Ruf. Denn verschiedene Bauskandale sorgten dafür, dass die Gemeinde Bagnes gegen aussen hin ein schlechtes Image inne hat.

Nouvelliste du 4 décembre 2018: 
Quelques infos sur la patronale d'Orsières et les festivités de la Saint-Nicolas.

Nouvelliste Walliser Baute et Aargauer Zeitung du 5 décembre 2018
Le point sur le loup en Valais:
Les analyses ADN ont permis l’identification formelle de neuf loups en Valais. Deux nouvelles louves, F40 dans la région du Val d’Illiez ainsi que F41 dans le Val d’Entremont, s’ajoutent aux animaux déjà connus et répertoriés cette année. 

Matin Dimanche du 9 décembre 2018: 
Ubuesque:
À Verbier, personne ne sait qui a décidé d’installer une IRM qui ne fonctionne pas. (...)
Mais le dossier est en train de faire des étincelles dans la Commune. D’autant que le décompte final serait, surtout à cause de l’IRM, bien plus élevé que le budget d’origine. Pierre Troillet, élu de la formation minoritaire Entremont Autrement au Législatif communal, promet déjà «d’exiger la production des factures et de toutes les pièces, faute de réponses satisfaisantes».

Walliser Bote du 10 décembre 2018: 
24. Walliser Junioren-Solisten- und Quartettwettbewerb 
Die Mehrheit der Solisten kommt aus dem Mittelwallis (149 Musiker), aber das Unterwallis rückt mit 130 Musikern näher. 25 Oberwalliser vervollständigen das Bild. Auf Gemeindeebene entsandte der Bezirk Entremont die stärksten Delegationen mit Orsières (23 Musiker) vor Bagnes (20 Musiker).

5 décembre 2018

3 élections en une

Viola Amherd est la troisième conseillère nationale qui va abandonner son poste depuis 2015 après Roberto Schmidt et Yannick Buttet.

Elle va laisser son siège au conseil national au premier des viennent-ensuite: elle laisse sa place à Philip Matthias Bregy, chef de groupe au grand conseil.

Philip Matthias Bregy devrait donc laisser sa place au grand conseil au premier des viennent-ensuite: il laisse son siège à Andreas Zenklusen qui n’avait pas été réélu à l’issue de sa première législature, non réélection dans le contexte de la falsification des votes dans son district. Il avait lui-même tenté de se porter partie civile dans cette affaire, ce qui lui a été refusé par le tribunal cantonal.
Il espérait bientôt un possible retour au parlement si Pascal Salzmann de l'UDC de Brigue abandonnait son poste pour une nouvelle répartition qui aurait vu Irmina Imesch des jaunes de Rarogne oriental piquer son siège au noir Guido Walker de Rarogne oriental qui aurait laisser le sien au district de Brigue pour Zenklusen selon un jeu de domino fort complexe qui est encore en court d'élaboration. Dans cette configuration dans le district de Rarogne oriental Irmina Imesch serait élue avec moins de suffrages que Guido Walker comme résultat de la double proportionnelle.

Il y a donc eu de manière plus simple aujourd'hui trois élus: une nouvelle conseillère fédérale, un nouveau conseiller national et un nouveau député qui espérait son retour.


Le vainqueur du jour Andreas Zenklusen qui a juste 12 jours de plus que Viola Amherd.



L'archiviste
 POST SCRIPTUM
Avant de rédiger ce petit papier nous avions pris soin d'interroger Andreas Zenklusen sur sa volonté de retourner au grand conseil. Décision confirmée depuis par la presse haut valaisanne. Quant au Nouvelliste, il a propagé une rumeur sans jamais la démentir en publiant  le 6 décembre, soit au lendemain de notre message sur Entremont Autrement: 
"Andreas Zenklusen, le premier des viennent-ensuite, ne confirme pas son intérêt pour la fonction. La fraude électorale, qui lui a coûté sa réélection, l’aurait refroidi."
Tout faux!


Film: Eldorado

Chaque année, l'Espace Interculturel de Sierre organise une projection au Cinéma Bourg dans le cadre de la Journée Internationale des Droits Humains.

Dans ce contexte, le dimanche 9 décembre prochain à 17h00 sera projeté le film Eldorado de Markus Imhof (sorti en début d'année)

Voilà le synopsis : Partant de sa rencontre personnelle avec Giovanna, l’enfant de réfugiés italiens durant la Seconde Guerre mondiale, Markus Imhoof montre comment sont traités les réfugiés aujourd’hui: sur la Méditerranée, en Italie et en Suisse.

La projection sera suivie d'une rencontre avec le Dr Thomas Bischoff, président de SOS Méditerranée Suisse Amnesty International y tiendra également un stand

Venez nombreux et transmettez ce message à vos connaissances!

Pour Amnesty Valais Central
Anne-Christine Willa

4 décembre 2018

Ligne THT: L’Association RESPE vous dit merci.










A tous nos membres
A tous ceux qui nous ont suivi
A tous ceux qui nous ont soutenu
Aux familles politiques valaisanne

Bonjour à tous,

Notre association a juste une année maintenant. Notre but était de faire reconnaître l’insécurité du centre scolaire de Grône en cas de passage de la ligne THT Chamoson/Chippis selon le tracé actuel autorisé par le TF et de trouver une solution  pour pallier à ce phénomène. Ce but est atteint, tout le monde le reconnaît.

Nous avons exploré la voie d’un enfouissement de la ligne mais là, personne n’est entré en matière, bien que des études et projets provisoires existent, démontrant la faisabilité technique d’une telle solution.

Nous avons donc planché sur une alternative de déplacement des pylônes qui bordent le centre scolaire de Grône, histoire d’au moins « sauver les meubles » pour plus de 700 élèves et 60 employés d’Etat qui fréquentent ce centre quotidiennement.

Cette alternative est née d’une séance avec le chef du département de l’instruction publique, Monsieur Christophe Darbellay, en novembre 2017.

Il a fallut dès lors travailler le dossier, démontrer l’aberrance d’une telle ligne à proximité directe d’une école, convaincre qu’il serait irresponsable de laisser un centre scolaire devenir une zone dangereuse dès 2021, année où Swissgrid pense hypothétiquement mettre en service la ligne. Nous avons aussi pris garde que le haut-plateau ne soit pas plus impacté par cette modification, que par le tracé actuel.

Dès lors, nous avons été entendu, écouté et soutenu. La commune de Grône a été, en toute logique, notre premier soutien après les 504 parents signataires de la pétition pour épargner le centre scolaire. S’en est suivi tous les partis politiques du village de Grône qui nous ont soutenu et qui se sont, d’une seule voix, alliés à la commune de Grône pour officiellement demander à l’Etat du Valais, le déplacement de cette ligne en date du 20.02.2018.

Dans la foulée, l’Etat du Valais a prit ses responsabilités et en a fait la demande à Swissgrid sachant qu’il n’y avait plus une minute à perdre et que le temps nous était compté. Dès lors, des tas de discussion ont eu lieu car, selon Swissgrid et les instances supérieures (OFEN entre autre), cela était absolument impossible du fait du jugement du tribunal fédéral.

Evidemment non satisfait de la réponse, nous avons continué notre travail et obtenu en début d’été le soutien de tous les présidents de toutes les familles politiques du Valais. Du haut comme du Bas, ils sont tous venu en date du 02.07.2018 sur la place de la Planta exprimer leur volonté de protéger ce centre scolaire et de tout faire pour que l’on puisse au moins déplacer ces pylônes.

L’Etat du Valais a également débloqué un montant de CHF 250'000.- pour mener à bien ce projet.

Swissgrid continua de marteler qu’il n’est pas possible de faire cela en première instance, mais éventuellement dans un deuxième temps si l’Etat du Valais ou des tiers seraient prêt à en mettre le prix (env. 8 à 10 millions de francs).

En septembre 2018, une année jour pour jour après la décision du TF, le Grand Conseil Valaisan plébiscite par son vote, l’autorisation d’étudier une modification de la loi cantonale sur l’approvisionnement en électricité afin que les travaux de la THT puissent être stoppés en Valais tant que la planification de détail de ceux-ci n’est pas fournie par le constructeur. Une lecture de cette modification aura lieu en mars 2019 suivie du vote pour ancrer cette modification dans notre loi cantonale.

Début novembre, 8 mois après la première demande, le chef du département de l’énergie nous annonce qu’enfin Swissgrid et l’Etat du Valais ont trouvés un accord de principe pour étudier le déplacement de ces pylônes.

Il nous annonce également qu’un rapport géologique a été réalisé sur les zones des nouveaux emplacements des pylônes et que ce rapport n’est pas moins favorable que celui réalisé pour le tracé actuel. Il en démontre clairement sa faisabilité technique.

Notre part de travail étant faite, un accord de principe trouvé, dès lors l’association RESPE ne peut plus que se tenir en soutien de toutes ces instances aux pouvoirs politiques et décisionnels. Nous leur offrons volontiers notre aide si besoin est, afin de mener à bien ce déplacement de pylône en première instance.

Nous profitons de remercier encore une fois tout le monde politique Valaisan pour son courage et son engagement, pour avoir aussi démontrer qu’il sait s’unir d’un bloc en laissant de coté les divergences partisanes lorsqu’il s’agit de préserver et sauver nos adultes de demain.

Un grand MERCI également à tout le Grand Conseil Valaisan qui s’est mobilisé et qui, quasiment à l’unanimité, veut également trouver une solution responsable quant à cette ligne THT pour tout le Valais.

Evidemment, un grand MERCI également à la toute la population Grônarde qui nous a soutenue ainsi qu’à la population valaisanne qui a été très sensible à notre problématique. Nous vous invitons, dès maintenant, à soutenir activement le conseil communal de Grône dans ce dossier.

Un MERCI tout particulier à Monsieur Roberto Schmidt qui s’est battu avec tout son département pour ce dossier et qui va sans aucun doute, avec l’appui de ses collègues Conseillers d’Etat, mener à bien et à terme ce déplacement en première instance.

C'est Jules César qui a parlé la première fois d'EA.

A l'orée du dixième anniversaire de la fondation d'EA (=Entremont Autrement), les recherches historiques ont démontré que EA existait déjà à l'époque gauloise sous nos contrées, comme l'a observé Jules César au chapitre 2 du livre 3 de la Guerre des Gaules.

Un monument à Martigny se souvient de cet événement:


Monument dressé à la rue du Forum à Martigny



Détail d'une partie du texte du monument

Traduction:

Ce village situé dans un vallon peu ouvert, est de tous les côtés entre monts (altissimis montibus). Une rivière le traverse et il est divisée en deux partis (in duas partes) (...) Il apprend que pendant la nuit, ils avaient démissionné du parti villageois EA (ex EA parte vici) qui leur avait été concédé et que toutes les montagnes au dessus d'Octodure étaient occupés par une multitude de sédunois.

On remarquera que Jules César commet une erreur fréquente en prétendant que EA est un parti, on le lui pardonne volontiers qui n'a lui-même visité l'Entremont que quelques années plus tard.



3 décembre 2018

Les métamorphoses de la gauche dans l'arrondissement Martigny-Entremont.



En italique les élus de l'Entremont

On a cherché à comparer ce qui est difficilement comparable dans cette élection à la constituante et ces comparaisons ont été rendues difficiles vu les changements d'alliance et de dénominations. Du coup on a glosé sur les pertes de la gauche. Mais si l'on range bien les choses là où elles sont, on remarque que ce sont bien les stratégies des partis qui s'étaient apparentés aux dernières élections nationales qui se sont avérées gagnantes au détriment du PDC et surtout des PLR/VLR.
L'UDC se maintient et pas comme l'affirme le Nouvelliste à cause de sa victoire dans l'Entremont, déjà acquise lors de l'élection à la suppléance.

Le Centre gauche PCS et Entremont Autrement ayant décidé de ne pas se présenter en tant que tels pour soutenir Appel Citoyen ont abandonné respectivement l'alliance de gauche du district et l'apparentement dans l'arrondissement mais le transfert s'est fait mécaniquement vers AC, sans que la gauche ne perde des plumes.

Le PS en dehors de l'Alliance de Gauche maintient son siège et en offre un à la gauche citoyenne du MSI canal historique de Saxon (Mouvement des citoyens de gauche) qui avait disparu et de la gestion communale et de la députation.

Les Verts qui ont quitté l'AdG depuis plus longtemps gagnent enfin deux sièges grâce à la force de frappe du MISE de Fully dont on trouve des candidats sur d'autres listes.

L'archiviste




29 novembre 2018

Assemblée primaire à Orsières

La prochaine assemblée primaire à Orsières aura lieu le mercredi 12 décembre. Vous pouvez en découvrir l'ordre du jour officiel ci-dessous.

Une nouveauté apparaît à cette occasion. Entremont Autrement demande depuis longtemps que les documents relatifs aux assemblées primaires soient mis à disposition de la population afin que celle-ci puisse se préparer et éventuellement poser des questions. C'est désormais chose faite, puisque les documents sont téléchargeables en ligne à l'adresse suivante: www.orsieres.ch . Nous remercions la commune d'avoir accéder à notre proposition.



Le NF s'emmêle les pinceaux


NF, 26.11.208 p.6 Pascal Guex.

Petites imprécisions de Pascal Guex qui cherche à comparer l'élection de la constituante avec celle du grand-conseil.
S'il a raison en ce qui concerne la députation, il a tort dans la mesure où les élus de la constituante sont répartis sur le modèle de la suppléance.
Il est donc faux d'affirmer que dans l'Entremont, l'UDC "n'avait jusqu'ici jamais réussi à placer un candidat."


Infographie incompréhensible. Notamment dans la nomenclature utilisée... qui fait disparaître le PS et déstructure l'AdG.