4 novembre 2014

Débat entre les tenants de l’éthique et les cyniques


Deux camps s’affrontent sur la question des forfaits fiscaux : ceux qui sont pour l’initiative pour des raisons d’ordre éthique, ceux qui sont contre pour des motifs purement cyniques. Les cyniques savent très bien que le forfait constitue une injustice mais ils s’en tapent dans la mesure où il peut nous rapporter quelque chose.


Cette initiative a été débattue par le Comité d’Entremont Autrement qui y est favorable. Une soirée d’information/débat est prévue sur ce sujet à Orsières, le 5 novembre prochain. Elle opposera le Conseiller aux Etats vert vaudois, Luc Recordon, au Conseiller d’Etat PDC valaisan, Maurice Tornay.


Cette question a déjà fait couler beaucoup d’encre. On sait désormais (l’Hebdo l’a révélé) que le Valais pratique des forfaits fiscaux dans une forte proportion par rapport aux autres cantons. On sait aussi que cette manne représente moins de 2% des rentrées fiscales du canton. En revanche, on ignore combien ces riches étrangers auraient dû payer s’ils avaient été imposés de façon ordinaire comme les contribuables suisses de même fortune. On ignore donc à combien s’est monté le cadeau fiscal réservé à ces contribuables au cours de ces dernières décennies.


Plus choquant encore, on a appris que le canton du Valais se montrait particulièrement généreux envers ces contribuables fortunés. Alors que l’impôt moyen suisse encaissé auprès de chacun d’eux est estimé à plus de Fr 85'000.- par personne, en Valais, toujours selon l’Hebdo, on se contente de moins de Fr 40'000.-, en moyenne.
Les forfaits fiscaux soulèvent donc un problème éthique. Le Valais va jusqu’à jouer un rôle actif, de rabatteur, pour inciter les riches étrangers à s’établir chez nous. On a même vu un Conseiller d’Etat retraité jouer de toute son influence pour attirer ces clients fortunés. On comprend mieux dès lors pourquoi la classe politique s’ingénie à peindre le diable sur la muraille au cas où l’initiative devait être acceptée par le peuple. On n’ose pas imaginer ce que l’on dirait d’autres Etats qui procéderaient ainsi en captant les clients fortunés venant de Suisse et en leur offrant des avantages substantiels.
Nous avons tout intérêt à mettre en place un système équitable, d’abord par respect de nos concitoyens qui payent l’entier de leurs impôts ensuite pour l’image de la Suisse, déjà bien écornée par les fantaisies de nos banques et d’un secret fiscal protecteur d’intérêts souvent inavouables.

Antoine Cretton


NDLR: nous reviendrons prochainement sur la constitution du comité valaisan pour l'abolition des forfaits fiscaux évoqué dans le Nouvelliste du 4.11.14


5 commentaires:

  1. D'ci et d'ailleursmardi, 04 novembre, 2014

    Le cynisme, l'hypocrisie, la lâcheté, c'est vraiment ce qui caractérise la classe politique majoritaire dans notre pays ! Pauvre Suisse, lorsqu'on lit les slogans de certaines formations politiques: pour une Suisse forte ou alors que l'on se targue de revisiter les valeurs chrétiennes, comment peut-on se regarder en face.....et prétendre que les forfaits fiscaux sont une nécessité pour notre nation !
    Ceci revient à dire que nos barons de l'économie, nos ministres des finances sont tellement incapables de gérer notre pays, qu'ils en sont réduits à compter sur la manne étrangère....On veut les sous, mais pas les gens ! Les inégalités sont tellement flagrantes, que même moi , si loin de l'économie, je m'y repère.
    Comment faire comprendre à nos enfants quên Suisse le mot d'ordre de ses fondateurs était: Un pour tous et tous pour un !
    Un oligarque Russe, milliardaire et bénéficiant d'un forfait fiscal, va même jusqu'à offrir Fr. 500.- à chaque personne qui glisserait un NON dans l'urne, le 30 nov. pour faire capoter le vote contre les forfaits fiscaux !!!
    Vive les maffias..... et merci pour les générations futures.
    Une citoyenne indignée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre correspondante se trompe en prenant pour argent comptant le WITZ DE L'OLIGARQUE qui offrirait 500.- aux partisans du non. Ce personnage fruit de l'imagination du site humoristique 24matin et loufoquement nommé "Larnakov" n'a jamais existé ni même sa proposition. Voir http://24matin.ch/economie/forfaits-fiscaux-un-richissime-homme-daffaire-propose-dacheter-les-votes/

      Supprimer
    2. D'ici et d'ailleursmardi, 04 novembre, 2014

      Merci, vous me rassurez, j'ai vraiment cru qu'un tel personnage pouvait en toute officialité agir de la sorte. Ne connaissant pas le cite que vous mentionnez, j'ai plongé tête la première dans la blague. Comme quoi, tout ce que l'on lit, n'est pas évangile !
      Merci pour vos commentaires toujours très documentés.

      Supprimer
  2. 1dex s'est fait l'écho de ce message sur http://1dex.ch/2014/11/forfaits-fiscaux-ethique-cynisme-pragmatisme/

    RépondreSupprimer
  3. Afin d'éclairer ma lanterne, armé du Littré, je parcours la lettre F, à Forfait.....Ciel, 2 pages entières de définitions diverses, dont quelques-unes ont retenu mon attention:
    Participe passé de forfaire; Perdu pour cause de grand crime. Agir en dehors de ce qui est permis, compromettre,offenser, nuire (de foris = hors et facere= faire)
    Marché pour lequel on s'engage à faire ou à fournir une chose pour un prix déterminé, à perte ou à gain.....
    Bon, d'accord, c'est touffu, mais en ce qui nous concerne, pauvres salariés, petits patrons, étudiants marginaux des grands courants de pensées, les forfaits, quels qu'ils soient, ne sont pas pour nous !

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.