20 juillet 2010

Souvenir d'un prix littéraire.


Le Prix de l’Association Valaisanne des écrivains a été remis à Justine Volluz dans la catégorie 13-15 ans, il s’en est suivi le Prix d’Encouragement Culturel 2009 de la commune d’Orsières avec un écho dans l’Info Orsières et plus tard dans l’Echo des Dranses. Le texte vainqueur a été publié dams le rapport de l’école de l’ERVEO.
Enfin, pour couronner le tout, la bibliothèque d'Orsières m'a gentiment conviée à participer à une rencontre "auteures" le 17 avril passé, en compagnie de Catherine Lovey, nous raconte-t-elle.
Urbain Gaillard a demandé quelques explications à Justine Volluz sur sa jeune carrière d’écrivain et notamment sur le prix qu’elle a gagné cette année, elle nous raconte ses aventures avec un franc parler appréciable et un réel bonheur que nous partageons.

Quelles étaient tes motivations?

-J'envoyai ce texte sans forcément en attendre quelque chose. En effet, PAM nous en avait parlé en classe et j'avais décidé d'y participer. Seulement, arrivée à la fin de l'année, ma motivation n'était plus aussi importante qu'au moment de l'annonciation. Ceci dit, n'ayant strictement rien à perdre, je fis parvenir une nouvelle écrite pas moins de 4 mois plutôt, donc en février 2009. Le délai était le 30 juin 2009, et c'était le 27 juin, lorsque j'utilisai les services de la Poste, il me semble bien. Pour te dire..

Et après ce fut l’attente?

-Je passai un été agréable sans même y songer une seule seconde. Et si mon souvenir est bon, ce fut en septembre de la même année que je reçus un appel franchement inattendu. Il provenait de Germain Clavien, alors président de l'association. Il m'annonçait que je venais de remporter le concours. Ok. Le choc quoi ! Je m'y attendais tellement pas, et j'avais tellement porté peu d'espérance sur ce texte, que j'en fus réellement surprise et ravie. C'était une reconnaissance incroyable. Il m'informa que dans les semaines à venir, j'allais recevoir une lettre m'indiquant le lieu et la date pour la remise des prix. Ce serait en novembre, me dit-il.
Et effectivement, deux ou trois semaines plus tard, je reçus ce fameux courrier. J'avais rendez-vous le 14 novembre 2009, à 16h (pas sûre du tout) quelque part à Sion. Je suis désolée, je ne me souviens plus du lieu exact. Mais si tu en as besoin, je m'engagerai à retrouver cela. Je dois l'avoir dans mes papiers...

Comment ta victoire-a-t-elle été reçue à l’école?

-Alors que je venais de recevoir ma convocation, fière, j'allai directement la montrer à mon professeur de français donc Pierre-Alain Métroz. Lui aussi content de ce qui m'arrivait, fit parvenir la lettre à la direction. Comme tu le sais ou non, lorsqu'un skieur fait un résultat dans sa course ou même un musicien, une affiche est placardée contre la vitre de la porte, histoire de féliciter la personne en question. Et pour la première fois à l'ERVEO, on félicitait une écrivaine. On applaudissait ce domaine si souvent ignoré. C'était une victoire pour le clan des littéraires. Non, il n'y avait pas de clan. C'était la victoire de l'écriture, en réalité. Enfin, elle était reconnue.
Ainsi donc, pendant une dizaine de journées, on put lire les félicitations qui m'étaient adressées.

Eet la remise des prix? C’était la fête?

Arriva le 14 novembre. On tomba dans une petite salle de réunion assez particulière. Tout comme l'ambiance, d'ailleurs. En effet, Clavien lut une panoplie de poèmes d'affilée. Un peu lassant, avouons-le. Non, en fait, tout le monde s'attendait à une cérémonie très conviviale et familiale, hop, on appelle les gagnants, on leur attribue le prix et place à l'apéro. Il n'en fut point. Néanmoins, je récupérai mon prix, patientai encore quatre ou cinq poèmes, et discrètement, comme la majeur partie des gens, quittai la salle... J'étais tout simplement heureuse.
Voilà en gros, comment cela s'est déroulé.


Excellent! Demain on publie ton texte!

Ce texte, comme tu le constates, date d'il y a plus d'une année. A mes yeux, il n'est plus du tout à la hauteur de mes attentes. Si tu souhaites en avoir un plus récent, il n'y a pas de souci. Il suffit de me le demander. :)

Commençons déjà par celui-ci!

(à suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.