18 septembre 2012

CHERS FUMEURS

On aimerait bien vous aimer mais…
Si vous ne jetiez pas n’importe où vos paquets vides et vos mégots, et encore, si vous preniez la peine de les écraser : combien d’incendies de forêts évités, sans compter que vous trouvez encore le moyen de fumer au lit et de vous endormir avec et c’est toute la maison qui brûle ; je trouve même des mégots de Parisiennes, super filtre, sur mes coins de chanterelles, comme cela je sais qu’un fumeur les connaît aussi.
Quand je constate que vos paquets vous coûtent huit balles, je reconnais que vous contribuez ainsi à financer une A.V.S. que vous ne toucherez pas très longtemps et souvent même pas. En plus vous avez deux doigts et vos dents jaunes, sans parler de votre haleine et de ces gamines de quinze ans qui fument pour jouer les grandes et qui, durant toute leur courte vie (elles auront le cancer avant la ménopause), essayeront de faire croire qu’elles ont moins que leur âge…
Même quand vous ne fumez pas l’odeur de vieilles fumées froides vous précède dans vos habits.
On serait tellement plus tolérant si vous nous apportiez la preuve, par l’acte, que vous pouvez respecter nos sols ; on en a marre de devoir marcher dans votre cendrier géant.
Alors, un petit effort et nous ferons le notre pour être mieux vous accepter sans pour autant prendre passivement le risque de vos fumées.

Bernard Attinger

Bernard qui a rédigé ce texte pour le Peuple Valaisan sera présent à notre soirée de présentation des candidats du 21 septembre 2012 


2 commentaires:

  1. Oh la la.. Quels propos méprisants ! Mais pourquoi tant de haine ?

    RépondreSupprimer
  2. Posez directement la question vendredi à Bernard Attinger qui par ses propos n'engage pas Entremont Autrement qui n'a pas donné de consigne de vote en la matière.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.