7 avril 2019

2019, une année charnière pour les femmes?

Entre Viola Amherd, qui espère que l’année 2019 soit une année féministe, et la superbe photo politique du Chablais où l’on peut voir une jolie brochette de messieurs n’entourer qu’une seule femme, on ne sait pas trop finalement si les femmes pourront effectivement s’imposer en 2019. La préparation de la grève des femmes de juin 2019 bat son plein, les femmes se mobilisent en masse pour réclamer l’égalité des droits, pour espérer un salaire égal à ceux de leurs collègues masculins. Le Valais semble également pris dans cet élan avec la création d’un collectif de femmes valaisannes partisanes de la grève. On voit proliférer les soutiens en vue de cette grève qui a même été autorisée par le gouvernement valaisan.



Pourtant, si un vent de renouveau souffle sur le Valais en matière d’égalité des sexes, on peut toujours remercier la droite et les partisans d’un libéralisme s’autorégulant pour nous rappeler qu’au fond la mobilisation politique des femmes n’est pas le problème de ces hommes. Plus précisément, il s’agit de pointer du doigt le PLR de la région de Monthey qui organise son souper annuel de soutien. Jusqu’ici rien de très alarmant, sauf que, lorsqu’il lit l’annonce de cet événement, le lecteur est frappé par un mot qui figure distinctement sur l’affiche promotionnelle : « danseuses ». En effet, les femmes qui étaient présentes à ce souper étaient, pour certaines d’entre elles, des danseuses embauchées sur le thème du Moulin rouge et de tout son univers érotisant tournant autour de l’objectification du corps de la femme. Le thème du moulin rouge choisi par le PLR de la région de Monthey pour son souper de soutien n’interroge pas la place de la femme au sein de la politique valaisanne. Loin d'être promue pour ses compétences en matière de politique, elle n'est sollicitée que pour son corps et le désir qu’il peut provoquer. Cette année, le PLR de la région de Monthey a ainsi récolté des fonds notamment grâce à la marchandisation du corps de la femme.

Alors, 2019 sera-t-elle vraiment l’année de la femme, une année féministe, une année de grande mobilisation ? Je veux bien le croire et je participerai même à ce mouvement dans l’espoir de vivre un jour dans un monde plus juste. Mais je crois aussi que ce combat ne peut pas être mené sans considération de la part de la classe bourgeoisede la politique. Le PLR par son souper de soutien se place à contre-courant parfait vis-à-vis des revendications des femmes de ce canton et de ce pays. À quand la fin de l’utilisation du corps des femmes pour attirer l’argent de certains messieurs ? A quand la juste considération des femmes dans notre société actuelle ? A quand la légitimité pour ces dernières ?

Tiffany Premand et Jasmine Lovey

3 commentaires:

  1. Il y a plus de femmes que d'hommes qui ont le droit de vote en Suisse. Votez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le monde n'est pas aussi binaire et manichénen... et les principes d'égalité des sexes et plus précisément d'égalité salariale sont justement déjà inscrits dans la Constitution fédérale! Aux citoyen-ne-s de les respecter!

      Supprimer
  2. Olivier, votre commentaire est d'une subtilité typiquement masculine !

    Bravo à Tiffany et Jasmine pour ce très bon article. Et un grand cactus à ce PLR réactionnaire, rétrograde et totalement dépassé ...Au secours !

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.