12 juillet 2019

Stéphane Rossini nommé à la tête de l'OFAS

Entremont Autrement félicite Stéphane Rossini pour sa nomination à la tête de l'Office Fédéral des Assurances Sociales. Nul doute que ses compétences, son expérience et son humanisme l'aideront dans les difficiles tâches qui l'attendent.

En novembre 2009, Stéphane nous avait fait l'honneur de venir présenter au café restaurant des Trois Dranses, dans une séance publique, l’actualité de la politique fédérale et notamment les difficiles questions du dossier des assurances maladies. C'était le premier évènement organisé dans le district par Entremont Autrement, alors jeune mouvement sans élu… Non seulement Stéphane nous a accordé sa confiance en acceptant notre invitation, mais en plus il nous a prodigué conseils et encouragements pour persister dans nos idéaux et ne pas s'essouffler.

Nous lui souhaitons plein succès dans ce nouveau poste!

Sophie Juon

9 juillet 2019

Netflix veut bannir le tabac de ses productions. Mais foutez-nous la paix!

Le géant américain du streaming a annoncé qu'il allait bannir la cigarette de ses futures séries à moins que cela ne soit requis par les faits historiques ou par l'adéquation avec l'intrigue:
Netflix said that going forward, all new shows it commissions will exclude smoking and e-cigarette use, except for “reasons of historical or factual accuracy.” (Source)
 Cette annonce qui semble totalement anecdotique est en fait révélatrice du climat social ambiant. 


Aujourd'hui les méfaits du tabac sur la santé ne font plus aucun doute; de multiples études internationales démontrent le lien fort de cause à effet entre sa consommation et le développement de cancers. Prévenir les consommateurs et limiter l'accessibilité du produit, notamment auprès des plus jeunes, semblent de bonnes mesures de santé publique.

Pour autant, le réseau américain voit tout faux. Le magazine Variety accuse "les représentations de la fumée" d'être responsables d'un attrait puissant auprès du jeune public. Cette idée qui consiste à penser que le simple fait de voir une cigarette à l'écran renforce le degré de "coolitude" de la substance est aujourd'hui pourtant largement contesté. On sait - et cela risque d'en surprendre plus d'un - que les adolescents sont capables de faire la différence entre la fiction et la réalité; ils n'imitent ainsi pas bêtement et béatement tous les comportements à risque qu'ils voient sur internet et dans les séries télévisées. Ce n'est pas parce que l'on a suivi avec fébrilité La Casa de Papel que l'on projette pour autant de braquer une banque.

Au nom d'un certain hygiénisme moral, nous souhaiterions désormais corriger les vices de la société en les éradiquant des oeuvres artistiques. A l'image du Pape Pie, au XIXe siècle, qui, suivant sa volonté de restreindre la luxure de ses ouailles, fit émasculer les statues vaticanes et les orna de grotesques feuilles de vigne. La production artistique n'a pas besoin de ces élans de puritanisme, de ces tartufferies de la bien-pensance:
"Couvrez ce sein, que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées." Molière, Le Tartuffe, III, 2 (v. 860-862)
Si Netflix s'attaque maintenant à la cigarette, il y a fort à parier que ce mouvement ne connaîtra pas de limites: toutes les causes méritant un traitement égal.
L'art s'est toujours approprié les vices et les turpitudes de l'âme. On ne peut peindre la condition humaine en en représentant seulement les grandeurs et en omettant les bassesses. Pas d'héroïsme, sans la possibilité de la décadence.

Imagine-t-on enfin les plus grands chefs-d'oeuvres passés au crible de cette pudibonderie? Paris est une fête d'Hemingway sans alcool, Le Colonel Chabert de Balzac sans effusions de sang,  Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos en langage épicène, Les Misérables de Victor Hugo sans vol, Belle du Seigneur de Cohen sans adultère, les Demoiselles d'Avignon de Picasso rhabillées pour éviter le stupre, la série Breaking Bad sans métamphétamine, Le Parrain de Francis Ford Coppola sans chantage?

Le quotidien Le Temps a publié ce printemps la liste des 50 "meilleurs livres de langue française" depuis 1900 (il y en a plus de 60 dans les faits). Faites-le calcul, lesquels auraient survécu à cette nouvelle norme?

Je crois profondément à la force de l'éducation, à la nécessité d'accompagner les jeunes à la découverte des oeuvres. On ne prépare par les adolescents à la vie en leur masquant une partie de la réalité, mais en leur donnant les outils pour l'affronter.

J. Lovey
(Ces propos n'engagent que leur auteur)




7 juillet 2019

Antoine Cretton dans le Temps



Les affaires bagnardes n'en finissent pas de défrayer la chronique depuis quatre ans! De semaine en semaine, on se rend compte que les problèmes sont abyssaux. La faute à une course effrénée à la rentabilité depuis le milieu des années 2000 qui ont culminé en 2016 avec la révélation des constructions illicites à Verbier.

Antoine Cretton est conseiller communal Entremont Autrement à Bagnes et a hérité du dossier empoisonné des constructions. Il ne ménage pas son temps et son énergie depuis son élection pour remettre de l'ordre dans les dossiers. Malgré une certaine omerta. Malgré l'envie de nombreuses personnes de le voir échouer.

Grégoire Baur, correspondant valaisan du journal Le Temps, consacrait hier (29.06.19) un article aux permis d'habiter dans la commune de Bagnes. Nous vous invitons à lire l'article complet sur le site du quotidien romand.

Voici quelques citations d'Antoine Cretton relevées dans cet article:
«Jusqu’en 2016, la commune ne parvenait pas à délivrer tous les permis d’habiter, d’une part par manque de personnel, d’autre part parce que les demandes de permis étaient pratiquement inexistantes. La commune se contentait donc de les établir à la demande des constructeurs»
Antoine Cretton indique que la commune fait désormais ce qu’elle aurait toujours dû faire: «Depuis 2016, nous nous efforçons de délivrer tous les permis d’habiter au fur et à mesure de l’achèvement des travaux. Aujourd’hui, pour chaque construction ou rénovation, un permis d’habiter est délivré.»
Il faudra donc analyser une à une toutes les autorisations de construire délivrées entre 2013 et 2016. «Cela représente un rattrapage considérable puisqu’il s’agit des années où la construction a été la plus florissante», souligne Antoine Cretton.
«S’il suffisait d’un claquement de doigts, ce serait facile», sourit l’élu.
La commune doit contrôler que les travaux prévus ont été réalisés dans les règles et selon les plans. Et si ce n’est pas le cas, exiger des régularisations. «Cela signifie que de nouvelles demandes d’autorisation doivent être déposées et mises à l’enquête, ce qui rallonge les procédures. Celles-ci se complexifient encore par les possibles recours des usagers», indique Antoine Cretton, qui souligne qu’il faudra «sans doute encore plusieurs années pour être certain que toutes les régularisations ont été opérées et que tous les permis d’habiter ont réellement été délivrés».

Relevé effectué par J. Lovey

4 juillet 2019

Affaires bagnardes - encore des suites !

Les constructions illicites bagnardes n’ont malheureusement pas fini de faire parler d’elles. Après plusieurs expertises, c’est finalement une cinquième personne qui a été mandatée pour faire la lumière sur la gestion du dossier faite par la commune de Bagnes, mais également par le canton et plus précisément le Conseil d’Etat.

Dans un tel contexte, il devient légitime de se demander si le dossier sera un jour clos et plus précisément si le citoyen connaîtra les conclusions de ce rapport et de cette affaire dans un avenir proche. Si le président de la commune, Eloi Rossier, prétend que cette dernière fait tout son possible pour régulariser la situation, certains membres d’Entremont Autrement, dont Pierre Troillet cité dans l’article ci-dessous, révèle une ambiance de travail laissant à désirer : un conseil général à deux vitesses, un silence ainsi qu’une stagnation sur les dossiers des constructions illicites. Si l’omerta semble être de mise, il reste à espérer que cette nouvelle expertise permette enfin de débloquer la situation et peut-être même de mettre au pas la commune bagnarde.

Plus largement, la gestion du dossier des constructions illicites de Verbier lève une autre thématique dont Entremont Autrement se fait le défenseur depuis 10 ans : la transparence. Le dossier, opaque et parfois enfumé, ne s’ouvre pas aux citoyens malgré les nombreux appels du mouvement pour que ce soit le cas. La commune se murant dans son silence, semble dissimuler de nombreuses informations permettant de faire la lumière sur son implication ainsi que ses actions dans la gestion du dossier. 

https://www.rts.ch/info/regions/valais/10532686-un-nouvel-expert-nomme-dans-l-affaire-des-constructions-illicites-a-verbier.html

Jasmine Lovey

2 juillet 2019

Voyez l'topo: Mayo. Un lieu dit raconté par Alain Monney. Le monde entier est hors Sierre!





La Suisse romande regorge de lieux aux noms étonnants, saugrenus, voire loufoques. Dʹoù proviennent ces noms? Quels rapports avec notre histoire? Avec notre quotidien? Habités ou non, tous ces lieux figurent sur les cartes topographiques au 25ʹ000ème Aujourdʹhui

Alain Monney grimpe sur les flancs du Val dʹEntremont, jusquʹau lieu-dit Mayo


.


Une chronique de l'émission A l'abordage, vendredi à 15h04 sur RTS La Première.


29 juin 2019

Une journée avec Benjamin Roduit

Je ne peux le comprendre …

Extrait de l'interview de Benjamin Roduit dans le NF
A l’heure du déjeuner, je tombe sur un article du Nouvelliste consacré à Benjamin Roduit, conseiller national PDC valaisan. A la lecture des réponses données aux deux premières questions qui lui sont posées, je m’interroge longuement sur son art de faire de la politique. Le voilà qui nous affirme être opposé à la coupe dans les rentes pour enfants de bénéficiaires de l'AI qui a été votée par le Parlement, mais malgré cela, se justifie de s’être abstenu lors de ce même vote au lieu de s’y opposer. Et, d’expliquer que pour parvenir au refus de cette proposition de coupe, il a essayé, sans succès, de convaincre une grande partie de son groupe, non pas de refuser cette coupe, mais de s’abstenir sur ce point au lieu de voter oui. Ensuite, il nous parle de deal politique en attendant que le Conseil des Etats, ou le PDC est majoritaire d’ailleurs (dixit, toujours Benjamin Roduit), corrige cette mesure. Il serait bon de rappeler à ce licencié en lettres que pour être majoritaire il faut pour cela être plus que la moitié. Dès lors 14 PDC sur 46 ne donnent pas une majorité au Conseil des Etats. Résultat, ladite coupe a été acceptée.

Je ne le comprends que trop bien …

Le soir venu, je me rends à Martigny afin de participer à la soirée liée à l’initiative sur les multinationales responsables. Soirée comprenant une discussion sur cette initiative, et ce, à la suite de la projection du film Dirty Gold War du réalisateur suisse, Daniel Schweizer. http://entremont-autrement.blogspot.com/2019/06/dirty-gold-war.html

Pour cette discussion d’après film, y étaient invités pour débattre, Mme Peyer de Pain pour le prochain et M. Benjamin Roduit, conseiller national PDC. A l’écoute de ces deux intervenants, la cinquantaine de personnes présentes a clairement pu entendre le message de soutien de Mme Peyer, à cette initiative qui vise à ce que les multinationales ayant leur siège en Suisse soient responsables juridiquement des actes ou faits et gestes de leur société à l’étranger. Par contre pour le conseiller national chrétien valaisan, s’il reconnait la problématique liée au non-respect des droits humains et de l’environnement à l’étranger de la part de certaines multinationales ayant leur siège en Suisse, il louvoie sur la façon de lutter contre cette problématique. Si je devais simplifier son message, je le reproduirais ainsi : "L’économie prime".
Oui, la santé des personnes touchées à l’étranger par le non-respect des droits humains ainsi que la détérioration de leur terre par des entreprises ayant leur siège en Suisse est une réalité. Non, nous ne devons pas, par des mesures claires et rapides venir en aide à ces populations gravement menacées dans leur santé. Cela se ferait sur le dos de la santé économique de nos entreprises et nuirait à la qualité de vie supérieure que nous avons en Suisse.

Au final, et une fois de plus, je serais assez intéressé de pouvoir connaitre la position du Jésus de la Bible sur l’utilisation actuelle du mot chrétien dans nos contrées si éloignées des misères du monde. 

Urbain Gaillard

27 juin 2019

Toute la vérité sur le canular de la fanfare d'Entremont Autrement

Document fourni par M.E.

A la désalpe de la Fouly en 2013, quelques musiciens de l’Echo d’Orny et de l’Union instrumentale de Liddes ont étrenné une fanfare provisoire baptisée avec humour L’Echo de la Cuvette. Quand le journaliste de La Gazette des Reines leur a demandé s’il s’agissait d’une fanfare politique, la réponse tout aussi déconnante a fusé: oui c'est la fanfare d'Entremont Autrement. Le journaliste a pris cette imposture pour argent comptant et c’est ainsi que le canular a été publié.

Fondé semble-t-il une année plus tôt, par sept musiciens de la vallée,  l'Echo de la Cuvette est un ensemble de cuivre qui s'est donné pour mission d’animer des fêtes de tous genres, en y mettant une monstre ambiance avec un humour fracassant.

Alors si vous vous reconnaissez sur cette photo, vous qu'on essaie de reconnaître, les Copt, Joris, Vernay, Cretton, Biselx ou autres qui vous et nous amusez au sein de l'Echo de la Cuvette, annoncez vous auprès des élus d'Entremont Autrement qui se feront un plaisir de vous payer un verre au nom de notre mouvement!

Bande de farceurs!




Lancement de la campagne Centre Gauche-PCS pour les élections nationales

Par lettre circulaire à ces membres et sympathisants Centre Gauche-PCS, le comité directeur a informé récemment sur la campagne aux prochaines élections et propose de réserver une date, extrait:


Le vendredi 16 août 2019 au Boutique Hôtel de Martigny, 
dès 17h30. 

Le moment se veut convivial et festif, vos familles et ami-e-s sont cordialement invité-e-s à participer. De plus amples informations vous seront communiquées prochainement, mais vous pouvez déjà inscrire cette date dans vos agendas. 

 Le parti présente 12 excellent-e-s candidat-t-e-s réparti-e-s sur 2 listes, équilibrées en âge et genre et représentant l'ensemble des régions du Canton : 
Aferdita Bogiqi (Choëx/Monthey), Robert Burri (Choëx/Monthey), Emilie Dupuis (Massongex), Madeline Heiniger (Mex/St-Maurice),* Pierre Troillet (Le Châble, représentant Entremont Autrement), Antoine Conforti (Martigny), Maud Theler (Sion), Marc Saudan (Sion), Annick Clerc Bérod (Grimisuat), Alexandre Ferchaud (Veysonnaz), Joël Beney (Sierre), Alexandre Lorétan (Leuk). 

Dans un bel esprit d'ouverture et solidaire, les candidat-e-s mèneront une campagne commune, afin de porter et défendre les valeurs et thèmes chers à notre devise L'humain au centre, le coeur à gauche.


*NDLR: c'est nous qui soulignons

L'archiviste

Un nouvel expert nommé dans l'affaire des constructions illicites à Verbier

On peut lire sur cette nouvelle sur le site RTS après une information développée par Forum.


25 juin 2019

26 juin 2019

Dirty Gold War

Nous vous invitons à la projection du film Dirty Gold War du jeudi 27 juin prochain, à Martigny. La soirée aura lieu à la salle paroissiale Notre Dame des Champs et commencera à 18h00.

La projection du film de Daniel Schweizer sera suivie d'une discussion sur l'initiative pour des multinationales responsables avec :

  • Chantal Peyer, cheffe d’équipe Entreprises et droits humains à Pain pour le prochain
  • Benjamin Roduit, Conseiller national (PDC/VS)

Dirty Gold War révèle les coulisses de la production d'or : d’où vient l’or des bijoux posés sur les devantures des bijouteries ou celui stocké dans les coffres-forts des banques ? Dans quelles conditions est-il extrait ? Quelles sont les conséquences sur les populations locales et l’environnement ? Comment peut-on s’engager depuis la Suisse ?


Le documentaire réalisé par Daniel Schweizer nous emmènera au cœur de l’industrie de l’or, sur les traces de ses filière opaques et nous permettra ainsi de prendre connaissance de pratiques inacceptables, auxquelles l’initiative pour des multinationales responsables apporte une réponse politique conséquente.

Date : jeudi 27 juin, 18h - 20h
Lieu : Salle paroissiale Notre Dame des Champs, Rue de l'Hôtel-de-Ville 5, Martigny
Entrée libre