18 février 2016

Non à l'initiative dangereuse de "mise en oeuvre"

Entremont Autrement publie aujourd'hui ce texte qui nous provient des opposants à l'initiative de l'UDC.

Le PS Migrant-e-s lutte pour l’égalité de tous les migrant-e-s, que ce soit dans les domaines politique, économique, social ou culturel. Nous luttons contre toute discrimination et collaborons étroitement avec les partis et organisations de toutes les personnes issues de la migration.

De nombreux partis et organisations issus des diverses communautés de Suisse se sont réunis pour lutter ensemble contre l’initiative inhumaine et dangereuse de « mise en œuvre ».
Ces partis ou organisations viennent des communautés albanaises, alévies, allemandes, arabes, espagnoles, françaises, italiennes, kurdes, portugaises, serbe- slovène-croate-bosnienne, tamoules et turques. Comme lors de la dernière campagne fédérale, le PS Migrant-e-s Suisse, a mis en place une campagne en plus de 10 langues (albanais, espagnole, italien, kurde, arabe, serbe-slovène-croate, etc...) pour dans les diverses communautés afin de lutter, tous ensemble, contre cette l’initiative.

L’Etat de droit serait nié, le séjour de milliers de personnes immédiatement menacé.

Il faut vraiment que le peuple dise un grand "Stop" aux mensonges et aux tromperies perfide de l’UDC et de ses partisans !

Ne serait-ce que par la dénomination de cette initiative: « mise en œuvre ». En effet, cela suggère que l’on doit favoriser l’entrée en vigueur de quelque chose qui aurait été décidé il y a longtemps.

Or, ici, on a bien affaire à une tromperie, parce que l’initiative de « mise en œuvre » et le catalogue de délits correspondant, vont bien au-delà de ce qu’avait été décidé par une courte majorité lors de l’acceptation de l’initiative sur le renvoi.

Durant les divers débats sur ce sujet on a peu parlé des « secondos » qui seraient directement touchés par cette initiative:

Cette loi reviendrait à donner au peuple le pouvoir d’expulser directement sans prise en compte des circonstances particulières des personnes qui sont nées et vivent en Suisse depuis toujours, et ce, même pour des délits mineurs (exemple : vols bénins ou déprédations). Du reste même un membre « éminent » du clan des UDC a dû monter au front pour défendre les « secondos ». Il a estimé début janvier que, quiconque étant né en Suisse, ne devrait pas être expulsé, semant ainsi une sacrée « zizanie » au sein de son clan.

Si cette initiative devait aboutir, ce serait un automatisme méprisant le droit de séjour de plus de deux millions de personnes.

L’initiative de « mise en œuvre » menace le droit de séjour de plus de 2 millions de personnes qui vivent et travaillent en Suisse mais ne disposent pas d’un passeport suisse. Elles doivent être expulsées automatiquement et sans égard aux circonstances même en cas de délit mineur – même si elles sont nées ou ont grandi en Suisse. Les « secondos » et les « secondas » seraient aussi concerné-e-s. La législation d’application décidée au Parlement à propos de l’initiative sur le renvoi prévoit tout de même une clause de rigueur pour de tels cas. C’est précisément celle-ci que l’initiative de « mise en œuvre » rejette. 

C'est une véritable course contre la montre et le résultat risque d’être très serré pour que le NON à l'initiative inhumaine de l'UDC l’emporte le 28 février prochain. Depuis la semaine dernière, l'UDC fait paraître des publicités avec leurs fameux moutons presque tous les jours dans les journaux. C’est pourquoi le PS Suisse, et sa branche PS Migrant-e-s, ainsi que la section valaisanne se sont engagés et appellent instamment les Suissesses et les Suisses, tous les citoyens et citoyennes, socialement responsables et conscients d’appartenir à la société civile suisse, à refuser l’initiative de «mise en œuvre» raciste et discriminatoire de l’UDC le 28 février 2016.


Frédéric Nouchi
Vice-président du PS-SP Migrants
Co-président du PSMigrant(e)s Valais/Wallis
psmigrantsvalaisan@gmail.com
fred.nouchi@bluewin.ch
Tel: (+41) 079.221.00.38

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.