19 février 2016

NON le 28 février!


Il est l'heure pour le peuple suisse de faire un choix : continuer sa route sur la pente exponentielle de la xénophobie que nous propose, ou nous impose à coups de propagande populiste à coup de millions, l'UDC ou poser le stop rouge et lumineux de l'urgence face à cette progression de haine gratuite, histoire de respirer un coup jusqu'à leur prochaine initiative.

Le 28 février, l'UDC s'attaquera cette fois dans les urnes à notre état de droit, qui a pourtant maintes fois prouvé son efficacité, aux droits de l'homme, aux droits de l'enfant, à notre compétitivité économique aussi; mais surtout à nos frères, qui sont nés dans les mêmes hôpitaux que nous, qui ont partagé nos bancs d'école, qui se sont battus à nos côtés dans les divers clubs sportifs «du coin», à ceux qui ont forgé leurs premiers souvenirs ici, parmi nous, premières conneries avec des potes, premières ivresses, premiers amours, ont souvent logiquement fondé une famille ici (et payé leurs impôts etc ...). A partir du 28 février de cette année, «premières conneries avec des potes» et «premières ivresses» pourraient très bien rimer avec expulsion.

Je ne me remettrai pas de voir un de mes amis les plus intimes, partie de mes aventures depuis plusieurs années et même de mon groupe de musique, simplement éjecté de mon pays, et de ma vie, pour des délits que je considérerais comme mineurs, espacés dans le temps, que nous aurions pu commettre ensemble, jeunesse oblige.

Par solidarité pour nos frères, aux côtés de qui notre génération de jeunes Suisses avons grandi et avec qui nous nous sommes totalement mélangés, votons NON le 28 février. Prenons-nous en aux vrais criminels, trop facile de s'acharner sur nos voisins de pallier.

Baptiste Fellay

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.