25 septembre 2018

Jean-René Fournier, le Ponce Pilate des exportations d’armes

Un article du Blick avait mis à l’index le sénateur Fournier, l’accusant d’être l’un des élus sanguinaires qui auraient donné leur aval à l’exportation d’armes dans les pays en conflit interne armé.
Mme Germanier, journaliste au Nf, s’est empressée de venir à son secours afin de raconter la VRAIE histoire au peuple valaisan. Pour ce faire, elle a pris sa plume pour redonner toute sa splendeur à la tunique du chevalier blanc de la politique valaisanne.

Sur une page, Mme Germanier nous explique que M. Fournier n’a pas soutenu le projet d’assouplissement du Conseil fédéral comme le Blick le prétend. Mais qu’au final et selon sa parole, il s’est abstenu au moment du vote.

Agissant ainsi, en se lavant les mains, M. Fournier imite Ponce Pilate. Un peu comme un gamin dans une cour d’école jurant qu’il ne fait pas partie de ceux qui ont décidé que Brutus pouvait casser la gueule à petit Jeanjean et qui crie haut et fort pour se défendre:

 "Je ne suis pas un méchant, je n’ai pas été de ceux qui ont dit à Brutus qu’il pouvait casser du petit Jeanjean … moi, j’ai rien dit. "

De plus, il est quand même fort de café d’oser écrire que M. Fournier défend bel et bien la ligne de son parti, le PDC, qui ne souhaite pas voir des armes exportées vers des pays en guerre alors que dans le même article il est prétendu qu’il ne s’est pas opposé à la vente d’armes dans des pays en guerre interne.

Urbain

P.S. : On verra ce que voteront les conseillers nationaux valaisans quand leur tour viendra de s’exprimer sur ce projet d’assouplissement du cadre en vigueur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.