28 septembre 2017

Motion Quadri




Le 27 septembre 2017, le Conseil National a discuté et voté sur la motion suivante :

Le Conseil fédéral est chargé de préparer un projet de loi, en s’inspirant par exemple des dispositions autrichiennes, qui prévoira :

L’interdiction pour les lieux de culte et les prédicateurs musulmans de recevoir des financements étrangers ; 
L’obligation pour les centres musulmans de déclarer la provenance et l’utilisation des financements dont ils bénéficient ; 
L’obligation de prêcher dans la langue locale. 

Résultat des votes : 94 OUI – 89 NON – 5 abstentions

Cette motion a été déposée par M. Quadri, léguiste tessinois.

Ceci ne me surprend aucunement, tout comme le vote favorable de tous les centristes chrétiens. Faisant corps avec eux, les élus sous l’étiquette chrétienne (exceptés deux) ont permis à cette motion d’être acceptée par cette chambre. Parmi eux les quatre valaisans, Mesdames Amherd et Marchand-Balet ainsi que Messieurs Buttet et Egger.

Qu’est-ce que cette motion et ce résultat du jour m’inspire ?

Une nouvelle couche d’incompréhension envers la religion de mes aïeux. Une incompréhension envers le regard d’une frange de chrétiens d’ici et d’aujourd’hui. Une incompréhension envers leur regard au travers d’œillères.

L’histoire ne leur a-t-elle pas appris que les chrétiens sont allés de par le monde pour convertir de nombreux peuples, dont les helvètes ? La même histoire ne leur a-t-elle pas appris que c’est l’occident chrétien qui a largement financé l’implantation d’églises sur les continents africains, américains et asiatiques ? Encore de nos jours, de nombreuses missions sont financées par les chrétiens de notre pays. Quand on sait comment les chrétiens se sont implantés dans les Amériques et en Afrique et comment ils ont bafoués les us et coutumes locales comment dois-je percevoir ce soutien à cette motion ? Comment dois-je interpréter la foi qu’ils nous disent avoir en leur Dieu et la crainte bien visible qu’ils démontrent que celui-ci ne les protègent pas ?

Malgré mon incompréhension sur l’acceptation d’une telle motion, je veux préciser que je suis favorable à ce que tout prédicateur ne respectant pas notre législation soit déféré à la justice. Ceci quelle que soit sa langue de prêche ou sa religion.

Pour terminer, je transmets mes salutations aux nombreux croyants que j’ai la chance de côtoyer, et qui dans leur vie de tous les jours sont de véritables ambassadeurs de la paix, de la tolérance et de l’amour pour leur prochain.

Urbain

PS. : Ce OUI du Conseil National doit encore être validé par un vote favorable du Conseil des Etats pour que cette motion soit acceptée.

1 commentaire:

  1. Et ceux qui disent la messe en latin? On va les obliger à utiliser une langue nationale?

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.