1 mars 2017

L’heure de battre en retraite

Jonathan Darbellay
C’est une véritable guerre qui se livre actuellement au sujet des retraites. Le Conseil des Etats était parvenu à un compromis qui semblait raisonnable: financer l’AVS avec:

  • une augmentation de la TVA,
  • une augmentation de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans,
  • un abaissement de 6.8% à 6 % du taux de conversion du deuxième pilier.

En contrepartie, pour compenser diminution des rentes du 2ème pilier, le Conseil des Etats proposait d’augmenter de 70 francs par mois les nouvelles retraites AVS.

Cependant, le PLR et l’UDC ont fait pencher le vote au Conseil national: ils refusent le compromis du Conseil des Etats et veulent augmenter l’âge de la retraite à 67 ans. Le national a également voulu couper les rentes aux veuves sans enfant à charge, et à supprimer la rente pour enfant de l'AVS, qui complète la rente vieillesse pour les rentiers ayant encore des enfants à charge. 

Aujourd’hui, les personnes qui s’approchent de l’âge de la retraite ont souvent de grandes difficultés à trouver un nouvel emploi et la situation se complique chaque année sur le marché du travail. Comment créer tous les emplois nécessaires? Quel impact cette mesure aura sur le chômage? Et supprimer les rentes de veuve, est-ce vraiment le meilleur moyen de pérenniser notre système de prévoyance?

Sur ce coup, le PLR et l’UDC semblent marquer un bel auto-goal en voulant à n’importe quel prix faire passer leurs propositions en refusant le compromis et en faisant passer une solution qui n’a quasiment aucune chance de réussite devant le peuple.

Espérons que, pour le bien de nos retraités, ces partis fassent machine arrière et finissent par accepter une solution qui nous permette d’avancer sur ce dossier si important pour notre pays.

Jonathan Darbellay
Député-suppléant

1 commentaire:

  1. Une solution qui n’a quasiment aucune chance de réussite devant le peuple....c'est peut-être le but recherché par le PLR et l'UDC !!!
    Ainsi leur 2ème pilier continue de rapporter et leur épargne de s'amonceler.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.