3 février 2017

Ne pas céder à la facilité

Roxanne Di Blasi, @Lisa Grève
En Suisse, nous avons la chance de permettre à toutes les opinions de se faire entendre. Même si je ne les partage pas toujours dans leur intégralité, je pense réellement que c'est une plus-value pour notre pays, puisque personne ne peut détenir une vérité absolue. En politique, comme dans tout, c’est dans l’équilibre que se trouve les meilleurs bénéfices pour tous.

Toutefois, je suis profondément consternée par certains propos tenus en cette période trouble. Que ce soit à coup d’affiches mensongères, de course à « qui a le droit de quoi » ou d’échanges coup de poings entre ceux qui mentent le plus et sur qui, ces stratégies vulgaires et honteuses doivent être dénoncées.

En temps que travailleuse social sur le terrain et aujourd’hui candidate au Grand Conseil valaisan, cela fait plusieurs jours que j’essaie d’écrire quelques lignes pour alimenter le débat et y amener une analyse que me permet mon métier. Cependant, il me semble que le débat est si stérile et puéril, d’autant plus sur les réseaux sociaux, que je ne rajouterais rien à ce sujet dans cet article.

Je vais me concentrer sur ce qui me réjouit. En effet, il me semble que la stratégie, plutôt gagnante jusqu’à aujourd’hui, d’amalgames ramenant systématiquement à la haine raciale sur des sujets aussi complexes, s’essouffle. La population en a marre qu'on la prenne pour une enfant à qui l’on ment afin de s’assurer des sièges et flatter des egos. Elle veut qu’on la prenne au sérieux et qu’on lui laisse la chance d’aborder les vraies questions de fonds ainsi que les défis de notre temps sans penser pour elle. Certaines inepties deviennent vraiment trop ridicules pour convaincre. Elles énervent et agacent. Et ça vraiment, ça me rassure.

Evidemment que nous sommes confrontés à des enjeux forts; mais je sais qu’il est tout à fait possible d’aborder les sujets de migration et de diversité culturelle sans mentir aux gens et tomber dans un discours haineux et méprisant. Je le fais tous les jours dans mon travail.

Martin Luther King a dit un jour: « ceux qui aiment la paix doivent apprendre à s’organiser aussi efficacement que ceux qui aiment la guerre ». Je souris de voir autour de moi qu’un mouvement « autrement » s’organise. Des prises de conscience répondent au ras-le-bol général. A nous de porter ces valeurs au plus haut et de faire le bruit nécessaire. Osons affronter les réalités sans les déformer à notre avantage afin de distraire et de détourner l’attention du peuple. Ne laissons pas le droit à certains tristes personnages de nous apeurer avec de faux problèmes, de différer l’information pour en faire perdre la cohérence, de maintenir le public dans l’ignorance des enjeux réels et d’encourager les individus à se complaire de la médiocrité. Nous valons tous plus que ça.

Roxanne Di Blasi (-Giroud)
Candidate au Grand Conseil valaisan
Entremont Autrement

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.