20 novembre 2014

L’OR DE LA BNS

On nous écrit:

L’initiative des “agrariens“ me fait penser à ceux qui plaçaient leurs économies, en billets ou en vreneli, sous leur matelas… Cet argent dormait, n’avait aucun rendement et attendait, qu’à la mort de leur “cacheur“, un héritier les retrouve. On peut aussi mettre sa selle de chevreuil au congélateur et s’interdire de la ressortir…

C’est ce coté “vieux radin“ qui motive les tenants de l’initiative. En fait ils demandent que l’on rachète de l’or, au cours du jour, encore très élevé, pour le stocker pour toujours dans une belle cave.

Question : à quoi peut bien servir ce tas d’or si on n’a pas le droit de le vendre, quand il est haut, et de le racheter, quand il est bas. Le prix du kilo varie, ces dernières années, entre 10'000fr. à 45'000fr. Est-ce que les initiants souhaitent que la valeur du franc, liée à l’or, suive ces mêmes variations ?

De plus, museler la BNS en l’empêchant de soutenir le franc suisse, par rapport à l’Euro ou au Dollar, ce qu’elle fait assez bien, est une aberration dont pâtira toute notre économie.

Pour ceux qui ne me lisent pas ailleurs, je rappelle que c’est grâce à son indépendance que la Banque de France a pu évacuer, au printemps 40, vers le Canada et la Guadeloupe, ses 2'400 tonnes d’or, opération terminée deux, trois jours avant l’arrivée des troupes allemande à Paris. J’imagine notre or sautant au dessus de nos voisins pour rejoindre notre marine qui devrait l’évacuer, où : vers le Canada ou une partie y est encore. Alors pourquoi vouloir le ramener dans nos coffres si ce n’est pour l’admirer comme oncle Picsous…

Bernard Attinger, Sion

1615, 20.11.14

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.