23 août 2014

Quand Oskar lâche le flambeau anti-musulman, Jean-Luc l'attrape au vol

Grâce à un flux, on peut désormais s'abonner aux communiqués du PCS qui rejoint par conséquent notre blogroll depuis la page d'ouverture de notre blog. Dans un récent post, les cadres du parti ne mâchent pas leurs mots.

Le député Jean-Luc Addor, vice-président de l'UDC Valais Romand, a réagi au meurtre d'un homme dans une mosquée saint-galloise par un tweet dangereusement déplacé en postant le message "On en redemande !". Pour le PCS VR, cet énième dérapage d'un élu UDC valaisan pose de graves questions quant à la capacité de discernement du Saviésan et en appelle à une réaction de la LICRA.

Le Parti Chrétien-Social du Valais romand (PCS VR) est consterné par le tweet de Jean-Luc Addor suite à l’annonce du drame qui s’est déroulé dans une mosquée st-galloise. Au risque de lui faire de la publicité, le PCS VR fait néanmoins le choix de le dénoncer fermement : comment le vice-président de l’UDC du Valais romand ose-t-il invoquer l’ironie pour justifier ce message, alors que le 14 mars 2014, lors d’un débat sur les élèves tête nue à l’école, il reconnaissait ne pas avoir un sens de l’humour développé ?

A nos yeux, cette prise de position dégueulasse enfreint la norme pénale contre la discrimination raciale et l’article 261 du Code pénal suisse. En effet, ce type de commentaires - pour ne pas employer un autre terme - ne fait qu’exacerber les tensions entre les communautés. Il n’y a qu’un pas pour inciter à la haine ! Le PCS VR doute qu’il soit possible de définir clairement une limite entre la jouissance apparente de son auteur et l'incitation à la haine. Il serait donc souhaitable que la LICRA dénonce cette attitude auprès du Ministère Public.

A l’heure où le Valais se plaint d’un déficit d’image auprès des Confédérés, comment un élu au Grand Conseil valaisan, fut-il Vaudois d’origine – on est tous l’étranger de quelqu’un ! -, envisage-t-il défendre une image d’un Valais ouvert ? L’UDC se fout complètement de la cohésion sociale dans ce pays.
Le PCS-VR souhaite que de telles prises de position visiblement irréfléchies ne restent pas sans conséquence quant à l’exercice de la fonction de député au Grand Conseil de son auteur.
Pour le PCS VR,

Raymond Borgeat, président,
Célestin Taramarcaz, secrétaire

2 commentaires:

  1. Oui, c'est pratique la justification de Jean-Luc Addor:
    - soit on est profondément xénophobe, on est donc d'accord avec lui et l'UDC réussit encore plus à faire passer son message de haine
    - soit on se fait traiter d'imbécile parce qu'on n'a soit-disant pas compris l'ironie (en trois mots, sur un réseau social, vous conviendrez que ce n'est pas évident)

    Dites des insanités, il en restera toujours quelque chose...

    RépondreSupprimer
  2. Triste sire.
    Et, cela se prétend défenseur des valeurs chrétiennes.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.