2 juillet 2014

L'UDC et Facebook

Tout le monde le sait, l'UDC axe principalement sa communication sur la provocation et joue avec les limites. Le problème de cette stratégie, c'est que régulièrement certains membres dépassent justement ces limites.
Il y avait eu le cas d'Alexander Müller qui avait twitté: "J’aimerais vraiment accoler certaines personnes à un mur et les fusiller. Un peu moins de crasse sur cette terre ne serait pas un mal." et "Peut-être avons-nous besoin d’une nouvelle Nuit de cristal, pour les mosquées cette fois-ci." Avant d'être renvoyé de son parti après que cela ait été rendu publique.
Peu après,  un autre élu de l'UDC, Beat Mosimann, avait estimé qu’il faudrait faire sauter 300 centres d’accueil pour requérants.

Aujourd'hui, ou plutôt hier, c'est au tour du député suppléant David Udressy de mettre les pieds dans le plat sur Facebook.
Son message, ci-dessus relayé notamment par Philippe Nantermod a fait le buzz de manière rapide, jusqu'à se retrouver rapidement sur 20 minutes.
Il faisait référence à la victoire de l'Argentine face à la Suisse, une équipe multiculturelle qui n'a pas démérité et qui a porté haut les couleurs de notre pays.
Suite à cet emballement auquel l'auteur du message ne devait pas s'attendre, le message a été supprimé puis c'est carrément la page de David Udressy qui est devenu indisponible.

D'autant plus amusant que, comme le relève malicieusement le 20 minutes, son slogan de campagne était "une parole franche pour un avenir clair". C'est certain que ses paroles ne manquent pas de franchise, on ne peut pas lui enlever ça!

D'une manière générale, il faudrait peut-être que l'UDC organise une formation pour rappeler à ses membres et surtout à ses élus que ce qui est publié sur internet reste sur internet, même si on essaye de le supprimer par la suite. On se rappelle les propos du président de l'UDC Entremont, Kevin Pellouchoud qui avait apporté un soutien étonnant à Giroud (le businessman pas le footballer).
La leçon de cette histoire, c'est qu'il faut toujours faire attention à ce que l'on publie sur internet, une simple phrase prononcée à la va-vite peut vous causer des tracas insurmontables!

P.-S. Voici le lien de l'article du 20 minutes en question et ici l'article du nouvelliste dans lequel l'agrarien essaie de se justifier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.