17 mars 2016

Un exercice "pour beurre"

Après les brûlantes déclarations d’amour entre le président de Bagnes, Eloi Rossier, et le préposé à l’information, Sébastien Fanti, on pouvait enfin s’attendre à un exercice de transparence dans l’affaire des constructions de Verbier. Il a fallu vite déchanter.

D’abord, le rapport remis a été amputé non seulement des noms des protagonistes mais également, semble-t-il, de paragraphes entiers, pour des raisons obscures.



Ensuite, le commentaire du président, au nom du conseil communal, a pris une place disproportionnée par rapport aux considérations figurant dans le rapport. Le président n’a pas hésité à discréditer le texte des experts mandatés pour l’analyse d’un certain nombre de dossiers. Les 15 dossiers examinés – on le sait par le commentaire fait à la télévision par Gabriel Luisier – ne représentent qu’une partie des dossiers litigieux puisque le «dénonciateur» parle d’une douzaine de dossiers supplémentaires qu’il aurait remis au président. Or, celui-ci n’a ni manifesté l’intention de poursuivre la recherche ni surtout de compléter le mandat des experts envers lesquels il marque une solide méfiance.

Le dénonciateur de cette triste affaire a été remercié, ce qui constitue une menace à peine voilée pour celles et ceux qui auraient le culot de choisir le «mauvais camp». Or dans une vallée où l’essentiel des emplois sont en relation avec la construction ou avec l’administration communale, cet aspect est loin d’être négligeable.

Trois dossiers sur les quinze analysés dans le rapport ont été présentés au Conseil général et au public rassemblé dans le CO au Châble. Il a donc bien fallu aborder les questions gênantes de l’illégalité qui les caractérisent et des nombreuses infractions qu’on y décèle. Le président a tenté d’amortir le choc et de trouver des excuses à ce qu’il refuse de voir comme des malversations orchestrées. Il a même tenté d’expliquer les raisons du laxisme surprenant des autorités communales en invoquant les «raisons économiques». En gros, il faut donc comprendre que tout est permis au prétexte que l’on privilégie l’emploi ou la prospérité économique (de qui ?) dans la commune. Quel citoyen osera refuser de payer ses impôts en invoquant des motifs d’ordre «économique» ?

Enfin, il semble que l’atmosphère intracommunale soit devenue particulièrement irrespirable. La conseillère communale Elisabeth Lehner a osé l’évoquer. Elle s’est galamment fait remettre à l’ordre par le président qui a sèchement déclaré que les querelles de «bac à sable» avaient assez duré. Ce seul épisode en dit plus que tout autre discours sur la longueur de la laisse des conseillers, employés de l’administration et citoyens de cette belle commune. On peut donc féliciter celles et ceux (tout particulièrement les experts mandatés) qui ont osé braver les foudres présidentielles.

Nous reviendrons sur les détails du rapport dès que nous aurons pu le dénicher.


Antoine Cretton, Entremont Autrement

8 commentaires:

  1. Merci Antoine, Merci Pierre et Merci EA pour votre engagement qui amène de la transparence dans l'opacité démontrée par Eloi et sa suite. Cette transparence permet de mettre à jour le décalage entre ce que veut donner comme image le bon Saint Eloi et ce qu'il fait. Idem pour le parti des chrétiens. Cette transparence nous montre que les conseillers en place s'asseyent sur les lois en vigueur. Que pour ces valeureux chrétiens, les lois sont à violer si du fric peut se faire. C'est triste à dire, mais dans bien scènes présidentielles d'hier soir on aurait pu se croire devant une vidéo de 26 Minutes.

    RépondreSupprimer
  2. Entremont Autrement qui se porte au secours de l'ange Gabriel... Qui l'eut cru ?

    RépondreSupprimer
  3. Quand on "clique" sur "un pasexpatrié" on arrive sur le site de la commune de Bagnes ? c'est la provenance du message ?
    Si c'est le cas, c'est pas gentil de parler comme ça de son ancien collègue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ceci se vérifie voilà un scoop : on lit EA dans les locaux communaux de Bagnes. Attention.... ça pourrait sentir la restructuration de service, et pan sur les doigts !

      Supprimer
    2. Et la marmotte Milka, elle met le petit chocolat dans le papier d'alu ? Anonyme ne rime pas forcément avec très futé.
      Ou alors à l'Etat du Valais aussi, on lit EA !

      Supprimer
    3. Pour l'Etat du Valais, je peux le confirmer. Pour la Maison Blanche, c'est bien connu: elle espionne tout!

      Supprimer
  4. Ben tiens, puisque c'est le grand Eloi lui-même qui dit que ce qui est pas bien est bien quand même si c'est pour des raisons économiques, moi je vais noter plus d'heures sup ce mois-ci, et peut-être les autres mois, vu que c'est pas pour faire mal, c'est juste que j'ai besoin de sous !

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.