10 avril 2015

Les Etats-Unis, ce beau pays… de façade !



Situation courante dans la vie quotidienne d'un monde globalisé:

Une entreprise américaine traitant avec une entreprise suisse propose de modifier une clause contractuelle exigeant qu'elle se conforme à certains principes de l’Organisation Mondiale du Travail, notamment celui de ne pas faire travailler des enfants en dessous de 15 ans.

L'entreprise américaine refuse cette clause et propose de se conformer aux droits des Etats-Unis.

Entre les principes de l'OMT et la pratique américaine la différence est de taille.

Je tombe sur un article du journal le Temps sur le travail des enfants notamment dans l’agriculture et l’industrie du tabac aux USA : des milliers d’enfants d’une moyenne d’âge de 13 ans (dont les plus jeunes ont 7 ans) travaillent les week end, pendant les vacances mais aussi tout le long de l’année, dans des conditions difficiles bien en dessous des normes internationales ; les USA n’ont pas ratifié la convention sur les droits de l’enfant ; certains pays comme le Brésil, l’Inde, le Malawi sont, à tout le moins du point de vue formel, plus stricts que les USA. L’exposition prolongée aux feuilles de tabac et aux pesticides peuvent avoir des conséquences graves sur la santé de ces jeunes. Aux USA, le travail des enfants est souvent rendu nécessaire pour assurer un revenu suffisant aux familles, qui vivent dans la précarité.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, le rapport de Human Right Watch sur ce sujet est aussi particulièrement saisissant.

Les Etats-Unis, pays chantre des libertés, du progrès et du libéralisme, manque à sa tâche la plus importante qui incombe aux états, soit la protection des plus faibles.

A nos entreprises de ne pas abdiquer et de résister au démantèlement des principes.

Sources :
L'exploitation des enfants dans l'industrie du tabac

Sophie Juon



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.