5 mars 2015

Pragmatisme, je te hais!

Pour dire vrai, je n’apprécie guère le mot "pragmatisme". Parfois même, je vais jusqu’à le haïr. Pourtant ce mot relève la capacité d’une personne à s’adapter aux situations, aux contraintes de la réalité et d’agir vers une action pratique, une solution.

Dans le petit journal Fiscalité du 13 février 2015, supplément du journal quotidien valaisan, on retrouve ce "pragmatisme" dans une réponse de Beda Albrecht, chef du service cantonal des contributions.

- Que pensez-vous de l'amnistie fiscale décidée pour 2016
- Je ne cache pas que ma préférence allait dans le sens d'une amnistie générale applicable également sur le plan fédéral. [...] pour des revenus ordinaires non déclarés ces dernières années, il y a un gros avantage à recourir à l’amnistie puisque le contribuable, bien que fautif, ne paiera aucune amende et qu’il devra s’acquitter des rappels d’impôts avec des réductions de taux de 80% en 2016 et 70% en 2017 pour les impôts cantonaux et communauxCette manière de procéder relève du P R A G M A T I S M E plus que de l’éthique. Je comprends la grogne du contribuable qui a tout réglé rubis sur l’ongle alors que son voisin tricheur non seulement n’est pas puni mais en plus est favorisé sur le montant de l’impôt dû."

Je vais laisser de côté l’allusion faite au terme "éthique", partant du principe que depuis de nombreux mois, tout citoyen qui veut bien s’informer sait que l’éthique n’a rien à faire en politique et en économie pour bon nombre de nos dirigeants et non moins nombreux économistes de haut vol (cette locution n’étant assurément pas galvaudée en la circonstance). Je vais donc en revenir au pragmatisme relevé dans la réponse citée auparavant.

LE chef du service des contributions de notre canton reconnait de fait être impuissant face aux fraudeurs et qualifie de pragmatisme l’indécence d’offrir un gros avantage aux fautifs en leur réduisant massivement les impôts dus. Ce responsable sur qui chaque citoyen valaisan devrait pouvoir compter pour une parfaite justice fiscale entre contributeurs arrive à nous qualifier de pragmatisme la possibilité offerte aux tricheurs de ne pas être puni et de plus se voir favorisé pour couronner le tout.

Oui, dans ce cas, pragmatisme je te hais. Trop souvent tu es synonyme de manque de courage politique, d’absence de justice et d’éthique, de suffisance envers l’environnement, de lâcheté à l’encontre des plus démunis. Et oui dans ce cas, pragmatisme je te hais parce que tu es inclination devant les fraudeurs fiscaux.


Urbain Gaillard

12 commentaires:

  1. Excellent Urbain ! J'ai aussi bondi lorsque j'ai lu la réponse de Beda Albrecht ! On a vraiment l'impression de ne pas être sur la même planète avec ces gens. Et quel mépris pour les honnêtes contribuables ! Merci d'avoir réagi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commentaire très pragmatique qui incite à une réaction citoyenne. Cette proposition d'amnistie fiscale peut être combattue par referendum. En serez-vous ?

      Supprimer
    2. Précisez votre question

      Supprimer
    3. Est-ce bien exact qu'une récolte de signatures est en cours pour s'opposer aux modalités du décret qui prévoit cette amnistie ? Donnerez-vous votre signature pour que la population puisse se déterminer ?

      Supprimer
    4. Comme vous le savez déjà, la réponse à votre première question est OUI.
      Pour la seconde, ma réponse est également OUI.
      OUI je serai des opposants à ce décret qui prévoit une amnistie fiscale. OUI, parce que pour moi, offrir une réduction de 80% des impôts cantonaux et communaux dus par des fraudeurs est une véritable honte. OUI, parce que pour moi, en plus de ce cadeau, exempter de peine ces fraudeurs est un immense scandale. Ceci est d'autant plus déplorable et désolant que cette amnistie est désirée et soutenue par Maurice Tornay conseiller d'Etat en charge des Finances et Oskar Freysinger son collègue en charge de la Justice. Cette amnistie n'est qu'une injustice fiscale crasse de plus à mettre à l'actuel crédit de notre canton.

      Supprimer
    5. Je vous rejoins tout à fait. Il faut signer le referendum, malheureusement lancé par l'UDI pour un tout autre motif, à savoir "Non à des hausses d'impôts contre les entreprises et les usagers de la route". Le formulaire de signature est téléchargeable sur leur site. Le délai de dépôt des signatures est "avant le 31 mars 2015". J'ai tout de même un regret : me rallier à des arguments que je ne partage pas, afin d'atteindre mon but. Est-ce cela finalement "faire de la politique" ?

      Supprimer
    6. Faire de la politique s'est déjà et avant tout, commencer par oser s'afficher. Ne pas avoir peur de défendre à visage découvert ses idéaux.

      Supprimer
  2. Ou les merveilles du décret fourre-tout. La récolte de signature vise à contrer la hausse de la taxe sur les véhicules à moteur. En ce sens, je ne signe pas, vu que c'est la seule hausse proposée et que si on veut que l'Etat soutienne, il faudra quand-même lui en donner les moyens.... Mais merveilles des merveilles, le référendum en attaquant le décret (même par ce seul point des véhicules à moteur) bloquerait irrémédiablement tout son contenu, dont l'amnistie....
    La question détournée de cet anonyme c'est: signez vous un référendum contre une petite hausse de taxe supportable que vous soutenez pour bloquer une amnistie que vous déplorez ? Personnellement, j'ai refusé ce décret au parlement... Pourquoi ne signerais-je pas? 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le principe de l’amnistie fiscale est scandaleux. Il offre aux tricheurs la possibilité de régulariser leur situation, alors même qu’ils ont signé, la main sur le cœur, leur déclaration fiscale qui indique : « celui qui ne déclare pas tous les éléments de revenu ou de fortune peut être puni d'une amende et, en cas de faux, d'emprisonnement. Le(s) soussigné(s) atteste(nt) que la présente déclaration et ses annexes ont été remplies conformément à la vérité ». L’enjeu de cette amnistie fiscale est de permettre une régularisation avant l’arrivée de « l’échange automatique des données » principe que la Suisse pratiquera dès 2018 envers les autorités fiscales étrangères, et qui sera rapidement la règle en Suisse également. Dès ce moment on ne parlera plus d’amnistie et on punira comme il se doit les tricheurs, menteurs et autres dissimulateurs. L’enjeu du décret est bien l’amnistie fiscale. Dès lors les valaisannes et valaisans doivent dire, individuellement, s’ils soutiennent la tricherie ou pas. En ce sens le referendum est nécessaire. La taxe sur les véhicules est l’arbre qui cache la forêt. C’est honteux de mêler ainsi ces deux sujets. Mais le rouge de la honte ne monte visiblement pas au front de ceux qui sont à l’origine de ce décret.

      Supprimer
    2. Ceci est dit, bien dit et très justement dit.
      Ecoutez ce que dit notre grand argentier valaisan, Maurice Tornay, dans l'interview en lien ci-dessous.
      En résumé hyper grossier cela donne ceci : Notre pays n'allant pas échapper à l'avenir à l'échange automatique des données, il est temps d'offrir une amnistie fiscale aux fraudeurs.
      L'épée de Damoclès se rapprochant dangereusement de leur tête, quel plus beau soutien les fraudeurs fiscaux ne pourraient-il pas rêver, dites-le moi ?
      http://www.lenouvelliste.ch/fr/valais/valais/le-front-contre-la-hausse-de-l-impot-sur-les-vehicules-a-moteur-s-elargit-498-1396864

      Supprimer
  3. "Le pragmatisme n'a pas sa place en politique" Christine Taubira

    http://www.lemonde.fr/politique/video/2014/09/21/christiane-taubira-chez-nicolas-sarkozy-la-violence-contre-les-mots-est-une-violence-contre-les-personnes_4491592_823448.html

    RépondreSupprimer
  4. Florian,
    désolé d'avoir mis 10 jours pour suivre ton lien, mais voilà.
    Merci et excellent. Je ne peux que partager les paroles de Mme Taubira sur le pragmatisme.
    Amical salut

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.