11 mars 2012

Le succès de l'Initiative Weber est dû à la mollesse de nos mollahs

Il aurait suffi pour rejeter l’Initiative Weber que la majorité du peuple s’oppose à la confortable majorité des cantons. Or le peuple suisse a dit non avec 28.451 voix d’avance. Il aurait donc suffi en Valais de convaincre 14.226 citoyens de changer d’avis et l’affaire était entendue. Le Tsunami aurait été stoppé.

Il aurait fallu que 104.313 citoyens valaisans refusent cette initiative pour faire basculer tout le pays soit un taux de non de 85,5% au lieu d'un misérable 73, 8 %. Ce taux déterminant n’aurait pas été difficile à atteindre puisque le rédacteur en chef du Nouvelliste a déclaré aujourd’hui que les leaders de l’opposition à cette initiative rassemblaient 95% de l’électorat valaisan*. Une bonne coordination des opposants rassemblés avec le gouvernement et la presse aurait pu faire la différence.

Il sera donc faux de dire que la Suisse a réussi à imposer au Valais cette situation, les responsables sont bien ceux qui ont mené la campagne en Valais, et qui ont été incapables de mobiliser leurs partisans, probablement parce que leur propagande a été beaucoup trop molle. Le succès de cette initiative est donc dû à la nonchalance des valaisans qui ont été incapables de se mobiliser du bon côté. Ils ne pourront désormais s’en prendre qu’à eux-mêmes, et à l'incapacité du Nouvelliste de convaincre. Vladimir Poutine aurait réussi.

* Jean-François Fournier, beau comme un émir et sérieux comme un mollah, a fait à la RTS en début d'après-midi de ce 11 mars 2012, ce qui restera quand même sa plus folle intervention dans cette campagne, puisqu'elle désigne sans qu'il le veuille les responsables de la défaite.
"Je rappelle simplement qu'à l'exception d'une petite frange du parti socialiste et des Verts (mais de nombreux ténors socialistes faisaient campagne pour le non), on avait à peu près quatre-vingt-quinze pour cent de l'électorat valaisan (à travers les représentants des partis) qui étaient opposés dès le départ, donc je ne suis pas très surpris des résultats d'aujourd'hui."
Phrase prononcée bien avant que le résultat positif soit annoncé. Il faudra donc que Jean-François Fournier explique comment sur une base de 95% acquis d'emblée à la cause, la perte a été telle que le vote de la Suisse en a basculé. On a passé en effet de 95% à 73,8% alors que 85,5 % auraient suffi pour repousser l'initiative sans discussion. Peut-être aurait-il dû prendre connaissance de son propre prétendu sondage qui ne donnait que 61 % de non à la veille du scrutin. Et se décider enfin à encourager son journal à faire vraiment campagne. Plutôt que de se contenter de transformer son quotidien en feuille carnavalesque.
Quant aux autres ayatollahs de chez nous, ce sont de sacrés amateurs, ils n'avaient même pas pensé à organiser un bourrage des urnes.

Légende des photos: Un échantillon représentatif de l'électorat valaisan: les Jean Fournier ont également voté à 3 contre 1. Mais aucun ne porte la cravate.

15 commentaires:

  1. je m'ennuie de cette campagnedimanche, 11 mars, 2012

    Quand la pravda fera moins dans l'emotionnel, on pourra avoir un débat plus raisonnable

    RépondreSupprimer
  2. un lecteur attentifdimanche, 11 mars, 2012

    Et déjà sur son blog Jean-Yves Gabbud dénonce la gauche bobo:
    Mais ceux qui ont fait campagne pour le oui en Valais étaient très peu nombreux. Ils représentent une nouvelle gauche, citadine, instruite, bénéficiant de hauts
    salaires et volontiers donneuse de leçons. Composée de prof d’uni (Stéphane Rossini), de prof à l’IUKB (Christophe Clivaz), de profs au collège (Grégoire Raboud et Marylène Volpi) ou d’avocat (Me Henri Carron), cette gauche bobo à la valaisanne est très éloignée des ouvriers d’usine, des employés des menuiseries et de remontées mécaniques. Elle est bien bien plus proche de la gauche lausannoise et genevoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. André Luisier s'est réincarné, sortez les gousses d'ail.

      Supprimer
  3. C'est vrai qu'il est beau Jean-François, du même genre que Tariq Ramadan. Chou comme un coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les autres sont pas mal aussi.

      Supprimer
  4. Anne Darbellaylundi, 12 mars, 2012

    Euh, pis moi! suis pas prof, mais j'ai milité pour le oui! employée de commerce ayant grandi à Liddes, c'est gauche bobo citadine?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne te laisse pas impressionner par la chasse aux sorcières.

      Supprimer
    2. Un gauchiste patate de campagnemardi, 13 mars, 2012

      La gauche goron alpine, existe aussi. Revendiquons-le

      Supprimer
    3. Anne Darbellaymardi, 13 mars, 2012

      je rejoins donc le club des gauchiste patate de campagne avec une lichette de goron (:

      Supprimer
    4. Je fais moi-même partie de la gauche tzarfion en haut par le val d'Hérens.

      Supprimer
  5. Si tout le Valais avait voté comme Bagnes, les non l'auraient emporté en Suisse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voulez-vous prétendre que Jean-Yves Gabbud n'est vraiment crédible que dans sa vallée?

      Supprimer
  6. un lecteur attentifmardi, 13 mars, 2012

    Les cantons de montagne, et en particulier le Valais, ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes... c'est à cause des dérapages et des excès de Christophe Darbellay et Jean-Marie Fournier à Infrarouge que cette votation a été perdue, explique le Temps du 13 mars 2012.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est donc la faute à la télé, Maurice Tornay n'aurait pas eu de tels dérapages. Mais voilà, la presse gauchiste n'en a que pour Christophe Darbellay. Le jour où on donnera la parole aux gens biens de ce pays, la situation changera, mais ne comptons pas sur la presse extérieure au canton pour magnifier nos vrais hommes d'état. Et dire que ce Darbellay avait voulu détrôner Tornay!

      Supprimer
    2. un ami des boutsedonsmardi, 27 mars, 2012

      Ouha ouha, les médias ont pris le plus charismatique des deux...
      Pas sûr qu'ôn aurait compris ce que Maurice Tornay aurait voulu nous dire...

      Supprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.