5 juillet 2011

Quel est le pluriel d'un Saint-Bernard? (III)

Le Saint-Bernard comme chien pose un problème de langue intéressant.



Il y a un prénom commun, Bernard, qui est porté par un saint, saint Bernard (sous entendu d'Aoste ou de Menthon), qui donne son nom à un col, le col du Grand-Saint-Bernard, puis à un chien qui tire son nom du nom géographique, le chien du Saint-Bernard ou le Saint-Bernard qui deviendra même une marque déclinée sous plusieurs formes.



Pour savoir comment mettre au pluriel le nom de ce chien nous avons exploré successivement (I et II) les règles qui régissent le pluriel des noms composés et le pluriel des noms de personnes. Reste encore à aborder le pluriel des noms géographiques.

Les noms géographiques prennent la marque du pluriel lorsqu’ils désignent plusieurs pays ou fleuves, etc. de même nom: le pays des Dranses.
Mais la règle veut que si les homonymes sont des noms composés, ils restent invariables: il y a deux Saint-Bernard, le Grand et le Petit.


Saint-Bernard comme nom géographique est invariable, même s’il y a plusieurs cols qui portent ce nom (et même si les T-Shirt à ce nom n'ont pas de col, d'ailleurs!).
Ainsi Saint-Bernard est invariable et reste toujours au singulier, comme Terre-Neuve.

Le Terre-Neuve est une race canine (ellipse de chien de Terre-Neuve). On l’appelle le Saint-Bernard des mers. Métaphoriquement, selon le Littré, un Terre-Neuve est un sauveteur, une personne dévouée, allusion au projet d’envoyer des chiens de Terre-Neuve pour repêcher les hommes tombés dans la Seine. On pourrait donc utiliser pour le pluriel du Saint-Bernard la même règle que celle qui s’applique au Terre-Neuve.
Or Terre-Neuve lorsqu’on parle du chien est invariable, un Terre-Neuve, des Terre-Neuve. Alors que le Labrador prend un s au pluriel, des Labradors.
Donc Saint-Bernard quand on parle du chien est invariable aussi, un Saint-Bernard, des Saint-Bernard, il suit donc la règle de l'invariance des noms géographiques lorsqu'ils sont composés.

Reste encore à discuter de l'usage ou non de la majuscule.

Voici donc notre proposition finale:

des saints Bernard Il y a deux saints Bernard, Bernard de Menthon et Bernard de Clairvaux.
des saints Bernards Nos chanoines sont des vrais saints Bernards, ils ont continué l'action de saint Bernard
des saints-bernards Nos guides de montagnes sont de vrais saints-bernards, ils sont aussi efficaces que les chiens du Saint-Bernard.
des Saint-Bernard Il y a plusieurs Saint-Bernard dans la région, et bien d'autres cols encore.
des saint-bernard Il y a de nombreux saint-bernard qui aboient dans le chenil.

Le Nouvelliste devra donc justifier son usage qui nous paraît fautif et qui a paru dans son édition du 8 juin 2011.

2 commentaires:

  1. Le livre de Jean-Pierre Voutaz et Pierre Rouyer, Là sera ton coeur, paru en 2014 écrit en page 63 "Un chanoine et ses deux chiens saint-bernards assistent un voyageur..." dont acte.

    RépondreSupprimer
  2. Des mêmes auteurs dans Découvrir le le Grand-Saint-Bernard de 2013 en page 99, il est écrit également: "les chiens saint-bernards"

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.