28 avril 2009

Le zoom d’Antoine: Mais de qui JFF parle-t-il ?

Le 24 avril, le rédacteur en chef du Nouvelliste écrivait, sous le titre « Quand les meilleurs dérangent », le commentaire suivant :

« (…) auront du mal à expliquer que le candidat le plus compétent sur le papier doit être sacrifié pour une cause strictement politique et interne au PDC, lequel, soit dit en passant, est en train de se confectionner un autogoal de derrière les fagots… »

Mais de qui Jean-François Fournier parle-t-il ?

De Marie-Françoise Perruchoud-Massy dont personne ne mettait en cause les compétences, dont chacun disait qu’elle ferait une excellente candidate, femme de surcroît, que les militants démocrates-chrétiens ont renvoyé à ses fourneaux comme une vulgaire soubrette ?

Ou alors, parle-t-il de Christophe Darbellay, Conseiller national qui a fait un tabac lors de son élection, dont chacun reconnaît l’immense talent et qui s’est fait recâler comme le dernier des cancres par ses compatriotes politiques dès l’instant où il a eu le toupet de revendiquer un poste au Gouvernement ?

Vous avez tout faux ! JFF parlait de son homonyme : le très méritant ex-Conseiller d’Etat et Conseiller aux Etats Jean-René du même nom. Cherchez l’erreur…

Antoine Cretton

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.