13 avril 2009

Antoine Cretton: AUTREMENT DIT…














« T’es le fils à qui ? T’as où les vignes ? »

Ce sont généralement les deux questions que l’on pose aux nouveaux qui s’installent dans une vallée pour leur conférer la naturalisation locale. Il est en effet primordial de savoir s’il s’agit de « Antoine de Jean-Pierre d’Eloi de Maurice ou d’Eugène » et surtout, signe distinctif qui garantit l’AOC bagnarde, dans quel coin de Fully il a ses vignes. Je vais donc en dévoiler un peu plus sur mes origines :

Né à la Bâtiaz en 1973, j’ai fait mes premières classes à Martigny, puis à Sion, au collège de la Planta d’abord, à l’école Ardévaz ensuite jusqu’à l’obtention d’une maturité fédérale en langues modernes. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu faire du cinéma. Après un stage à Canal 9, j’ai poursuivi ma formation à Londres, à la London International Film School, où j’ai appris le rude métier de cinéaste. De retour en Valais après trois ans et demi de formation, je me suis retrouvé impliqué « à l’insu de mon plein gré » dans la campagne électorale de ma mère, Cilette Cretton, dont j’ai été, entre autres, le chef de campagne. J’ai ensuite postulé comme réalisateur à Canal 9 et me suis retrouvé responsable de la formation jusqu’en 2005. Après avoir créé une association (CINE2000), j’ai constitué une petite société de production audio/visuelle (ACProductions sàrl) dont je suis l’unique employé permanent.

« Cinéaste discret » (selon Véronique Ribordy du NF), j’ai réalisé un certain nombre de films au cours de ces dernières années : un film de fiction, Ballade (mon travail de diplôme), quelques documentaires (pour le Centre de formation pour jeunes adultes, le Centre de loisirs et culture de Martigny, la Délégation de la langue française ou le Musée et Chiens du St-Bernard) mais surtout pour la Fondation Pierre Gianadda. Celle-ci m’a notamment confié la réalisation de quelques films sur des artistes comme Sam Szafran ou Hans Erni (à l’occasion de son centenaire), sur la rénovation de la Stella, voiture créée à Genève au début du siècle passé ainsi qu’une rétrospective des trente ans de la Fondation. Je réalise également les spots publicitaires de la Fondation à l’occasion des nouvelles expositions. Enfin, je suis membre de Valais Films et d’Arkaös.

Depuis 2006, je suis établi dans la vallée de Bagnes, plus précisément au Martinet, berceau de ma famille maternelle : les Deslarzes.

Depuis mon plus jeune âge, j’entends parler de politique et d’éducation.
Mon grand-père paternel d’abord, Eloi Cretton, a présidé durant plusieurs décennies la commune de la Bâtiaz, qui a fusionné en 1956 avec celle de Martigny dont il fut l’un des conseillers municipaux les plus atypique. Mon père, directeur des écoles primaires, a présidé la Bourgeoisie de Martigny pendant 12 ans et ma mère, enseignante de métier, le Parti Radical Démocratique Valaisan à une époque où il se comportait encore comme un parti d’opposition, dont le slogan était « le virage à gauche ! » Côté maternel, mon grand-père, Fernand Deslarzes (né en 1910), a milité, à l’époque où il avait mon âge, dans les rangs du Mouvement social paysan des frères Perraudin : les cyclistes, comme on les appelait à l’époque, publiaient le journal Combat. Son jeune frère, Marc Deslarzes, est le doyen de la commune de Bagnes, père du docteur Jean-Pierre Deslarzes notamment.

A vingt ans, lorsque j’ai eu le droit de vote, il me semblait que les candidats qui se bousculaient au portillon étaient les mêmes depuis ma naissance : peu ou pas de jeunes, peu ou pas de femmes, pas de patronymes qu’on ne puisse identifier automatiquement comme venant d’une ville ou d’un village valaisan. De retour dans mon canton après quelques années passées en Angleterre, je retrouvais mon ancien professeur d’allemand promu leader charismatique de l’extrême droite valaisanne, alors en voie de plein développement. Décourageant !

Je n’ai appris l’existence d’ Entremont Autrement que peu de temps avant les élections cantonales. J’ai aussitôt décidé de me joindre au mouvement, parce qu’il me paraissait échapper aux préjugés traditionnels ; plus ouvert, plus critique, parce que les personnes qui le composaient avaient envie d’agir, s’intéressaient à la politique non par pur conformisme mais pour changer le monde.

Je suis donc très heureux aujourd’hui de faire route avec eux !

Antoine Cretton

1 commentaire:

  1. Un petit commentaire concernant une de vos phrases fétiches imageant les constructions, illicites ou non, en particuliers à Bagnes:

    "On a vendu la vache plutôt que de vendre le lait, ce que les paysans ne feraient jamais".

    Evitez de vous en servir dorénavant, s'il vous plait, car il ne faut pas oublier que les premiers à avoir vendu, par le passé mais encore aujourd'hui, et aussi bien des terrains sur le plateau de Verbier que des granges dans tous nos mayens et nos villages, ce sont JUSTEMENT des paysans...!!!

    Je vous soutiens dans votre esprit "a-parti" , plus à gauche, ouvert et un peu idéaliste, mais faites attention à ne pas trop attaquer ce qui a été fait, car vos arguments sont parfois mal fondés...
    Ce qui a été fait à ce jour nous en avons eu bien besoin, et agir toujours juste et sans rature est humainement impossible, quel que soit le domaine... votre superbe phrase fétiche en est la preuve...

    Merci

    Florence

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.