3 août 2019

Le calme n'est toujours pas revenu à Bagnes

Si le proverbe dit: « Nendard, Savoyard, Bagnard, trois diables à confesser » est parfois encore usité de part et d’autre de nos chères vallées latérales, il convient de relever une nuance quant à son emploi. Si jusqu’ici nos chers ancêtres, poussés par le besoin, se lançaient dans des actions pouvant s’accommoder de la morale, il apparaît aujourd’hui - et Dieu nous en préserve - que nous ne sommes, du moins pour la grande majorité d’entre nous, plus dans le besoin.

Pourtant, les « bagnarderies », comme elles ont tendances à être appelées affectueusement, n’ont jamais autant fait parler d’elles que ces dernières années. En effet, le sentiment de toute puissance des autorités locales corrélé par des finances publiques florissantes a eu tôt fait d’amener ses dernières à se comporter et se sentir comme au-dessus des lois en vigueur.


Peu à peu, sous l’influence des milieux de la construction, et afin de ne pas se dédire dans leurs rôles de seigneurs des lieux, une majorité des conseillers bagnards ont sombré dans une passivité coupable. Atteint de cécité ou parfois de surdité, ils n’ont plus jugé utile de prendre en compte les signaux d’alarme provenant de leur propre administration ou encore du Conseil général. Au contraire, dans certains cas, ils ont même tout fait pour que les signaux d’alarme se taisent, J’en veux pour preuve les départs successifs au sein du Service des constructions de manière plus ou moins forcée et l’inefficience du contrôle interne réduit dans ses capacités d’investigation par l’impossibilité d’accéder à certains dossiers.

En somme, de 2012 à 2016, le Conseil Communal a évolué dans un environnement où la seule loi qu’on respectait à Bagnes était celle de l’omerta. Trois ans plus tard, le calme n’est toujours pas revenu dans la commune de Bagnes dont les coffres débordent d’un argent dont la provenance mériterait qu’on s’y intéresse de plus près. Loin de régler les problèmes, de nombreux dossiers importants de la législature ont été mal gérés. Les régularisations d’anciens dossiers traînent tant le canton et l’exécutif communal sont occupés à se rejeter la responsabilité de leurs erreurs respectives. Les pressions sur le personnel sont monnaie courante. L’opacité des informations transmises au Conseil général et à la population sont quasi totales.

Dernièrement, le groupe Entremont Autrement au Conseil général a offert la possibilité aux conseillers généraux de voter à bulletin secret, espérant que dans l’intimité des urnes certains osent se permettre un vote de conscience plutôt que d’obédience. La majorité n’a pas souhaité profiter de cette perche tendue : préférant docilement accepter des comptes qui renferment les coûts d’installation d’un IRM que personne parmi l’exécutif communal ne prétend et n'assume avoir autorisé. À ce degré d’amateurisme ou d’incompétence, la démonstration que nous avons atteint les limites de notre système de milice n’est plus à démontrer. La majorité PDC-PLR en le niant à l’heure de voter les comptes a renouvelé son attachement à un système qu’elle est malgré tout incapable de réformer. Elle peut se vanter d’avoir aujourd’hui fait de Bagnes la risée de la Suisse romande en matière de gestion des constructions et des institutions. Il appartient désormais à l’autorité de surveillance qu’est le Conseil d’Etat d’agir – et autrement que par un énième rapport- et ceci pour le bien de Bagnes, des Bagnardes et des Bagnards.

Sophie Juon
Pierre Troillet
Baptiste Fellay
Jonathan Darbellay
Josué Lovey
Jasmine Lovey
Roxane Di Blasi

2 commentaires:

  1. Merci pour ce beau texte, qui dénonce une hallucinante dérive d'une autorité communale...!

    RépondreSupprimer
  2. Et le conseil de EA "fusionnez Vollégeards"

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont soumis à un modérateur indépendant.
Ils sont donc publiés avec un temps de retard.
Les esprits s'échauffant au-delà du raisonnable et des bienséances en période électorale, il y a nécessité de le faire, le blog étant responsable devant la loi des éventuelles insultes qui y seraient publiées.
Il n'y a pas de censure politique. Mais l'idée que la terre est plate n'est pas une conviction politique.
Les utilisateurs ANONYMES sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie. De manière bien évidente les commentateurs anonymes ne pourront pas être informés des raisons de la modération éventuelle de leurs assertions.