5 août 2017

Premier bilan au sein du Conseil communal de Bagnes

Au terme des premiers 100 jours d’exercice d’un mandat, la coutume veut que les élus dressent un premier bilan de leurs activités. Voilà déjà plus d’un semestre que j’exerce la fonction de conseiller communal à Bagnes. Le temps passe si vite…

Dans le cas d’un Exécutif, la confidentialité des débats et le respect de la collégialité imposent une retenue que chacun s’engage à respecter, du moins dans la mesure où cette discrétion ne lèse pas les intérêts publics. On m’a confié le dicastère des constructions et celui des bâtiments. Je préside donc la commission des autorisations de construire et celle des bâtiments. Je suis également vice-président des commissions en lien avec le dicastère des Affaires sociales, de l’Education et des Paroisses et membre des commissions du dicastère du Tourisme, de la Promotion touristique, de la Culture, des Sports et de la Jeunesse. Enfin, je participe à diverses commissions ad hoc, comme celle du Centre sportif de Verbier ou l’école de Versegères.

L’ampleur de la tâche a surpris tous les nouveaux élus. Les séances se succèdent à un rythme soutenu et le volume de la documentation dont il faut prendre connaissance est abondant. Les premiers contacts avec le personnel administratif ou technique s’est heureusement bien passé, tout comme les relations avec les collègues du Conseil une fois que l’on a pu s’apprivoiser mutuellement. La gestion d’une commune ne s’arrête pas à l’arrivée de nouveaux élus. Au début, il s’agit donc de "rattraper un train en marche", sentiment qui heureusement s’estompe avec le temps.

Le secteur dont j’ai la charge (constructions et bâtiments), a connu des bouleversements importants au cours de ces derniers mois. La Commune de Bagnes a traversé le tsunami que chacun connaît, lié à une interprétation de la législation qui a nécessité plusieurs expertises et causé de graves dommages en termes de réputation et d’image. Cet accident de parcours est survenu à la même époque que le coup de frein imposé à la construction par la Lex Weber et des difficultés de recrutement au sein du service en plus du vaste travail de rattrapage en matière de régularisation des dossiers dont le traitement avait souffert d’un contrôle déficient. Bref, il y a encore du pain sur la planche mais il y a aussi une claire volonté des édiles et des collaborateurs techniques de mettre fin à des modes de faire inacceptables. Le service est en train de s’étoffer, ce qui permettra de mieux répondre aux attentes du public et de garantir un examen rigoureux des projets.

Garder un esprit critique tout en veillant à de bonnes relations au sein du Conseil, c’est la démarche que j’ai souhaité privilégier en ce début de législature. Cet état d’esprit rencontre un écho favorable auprès des collègues avec qui je travaille au quotidien. Enfin, le fait de pouvoir s’appuyer sur un groupe solide au Conseil général devrait m’aider dans l’accomplissement de mon mandat.

Antoine Cretton
Conseiller communal, Bagnes

1 commentaire:

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.