16 juillet 2017

Quand l’appétit des caisses relègue Pantagruel au rang d’anorexique

Ignazio Cassis, candidat tessinois au Conseil fédéral
Alors que la majorité de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil national (CSSS-N) compte une majorité d’élu-e-s ayant des liens d’intérêt avec les caisses d’assurance-maladie; alors que le président du Conseil des Etats, Ivo Bischofberger (PDC/AI), est membre du « Groupe de réflexion santé » du Groupe mutue ; alors que le premier citoyen du pays, le président du Conseil national Jürg Stahl (UDC/ZH), est membre de la direction du Groupe mutuel; il semblerait que les lobbyistes des caisses ressentent un irrépressible besoin de renforcer leurs positions.

Et pourtant, les assureurs semblent déjà bien implantés et leurs intérêts largement et vivement défendus sous la coupole fédérale. Si les besoins de réformes sont pourtant bien présents dans les dossiers liés à la LaMal et à l’assurance obligatoire des soins (AOS), les Chambres fédérales ne s’emparent de ces questions que lorsque le choix ne leur est vraiment plus laissé. Les élu-e-s bourgeois s’assurant alors que les lignes de front ne bougent quasiment pas et que le dossier s’enlise. 

Mais cela ne semble toujours pas suffisant, l’appétit des assureurs ne connaît donc aucune limite, reléguant les célèbres Pantagruel et Gargantua au rang d’anorexiques. Le Conseil fédéral est désormais en ligne de mire pour Curafutura, association fondée par la CSS, Helsana, Sanitas et CPT et surtout présidée par un certain Ignazio Cassis (PLR /TI), dont le nom ne cesse de revenir sur le tapis pour la succession de Didier Burkhalter.

Le Tessinois jure ses grands dieux qu’il n’est pas sous influence et tente de jouer la transparence, en annonçant qu’il perçoit la modique somme de CHF 180'000 annuels dans cette fonction de président (en oubliant au passage de préciser le taux d’activité que ces CHF 15'000 francs mensuels représentent).

Nous verrons donc en mois de septembre si, en plus de la Présidence des deux Chambres et de la majorité absolue de la CSSS-N, les caisses maladie s’installent durablement au gouvernement. Il reste à espérer que cela n'aille pas de soi pour tout le monde.

Gaël Bourgeois
Député au Grand Conseil valaisan

1 commentaire:

  1. Il y va fort, mais il a raison ce monsieur Bourgeois.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.