17 novembre 2016

Les fortunes diverses de l’UDC

(extrait)

Autre vainqueur, l’UDC poursuit sa progression dans le Valais romand en atteignant un seuil historique avec trente-cinq sièges soit une augmentation de six fauteuils. Mais dans le détail, la formation doit composer des fortunes diverses et ralentit sa croissance, quatre ans après une percée remarquée. Notons d’abord des nettes victoires à Ayent, Vétroz, Monthey et Sierre. Pour la première fois, l’UDC arrive à entrer au Conseil général de la Cité du Soleil avec cinq élus. Cinq élus, c’est aussi le score que le parti réalise dans la ville du Chablais mais sous la bannière de l’Alternative pour Monthey qui a succédé à l’Entente et prend donc nettement une couleur vert foncée. Le parti agrarien fait également son entrée à Ayent et Vétroz, en plaçant deux élus à chaque reprise et consolide ses forces à Collombey et Sion.

En revanche, quatre ans après avoir réussi son entrée, l’UDC n’atteint plus le quorum à Bagnes et Martigny et perd dix sièges dans ces seules deux communes où il est éjecté du législatif. Notons le petit séisme dans l’Entremont où l’UDC perd tous ses sièges au profit d’Entremont Autrement et où il doit regretter de ne pas s’être allié avec les indépendants. Si en termes de chiffres absolus la progression peut être qualifiée d’historique, elle doit néanmoins être nuancée à l’aune de ces deux échecs. En effet, s’ils veulent peser de leur poids dans les législatifs, les élus UDC devront montrer leur capacité à se stabiliser, voire à progresser, au-delà des coups d’éclat.


Julien Wicky dans le Nouvelliste du 16 novembre 2016, p.7.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.