26 août 2016

C'est moi le chef !

Fâché, Oskar Freysinger ! Dans l’1Dex, il fustige les présidents de partis qui ont osé demander au Conseil d’État de surseoir à la nomination de Jean-Marie Cleusix au Collège de St-Maurice tant que les conclusions de la commission chargée d’enquêter sur lui ne sont pas connues, ce qui paraissait logique. Rappelant le score canon de sa dernière élection, OF clame haut et fort que c’est lui, et lui seul, qui a le pouvoir de nommer un professeur de collège. On le sait. On en connaît le résultat. Mais s’il s’autorise à museler les acteurs de l’école (à commencer par le recteur du collège), il ne peut pas réduire au silence l’ensemble des citoyens du canton. Or ceux-ci ont un droit inviolable à trouver incongru et pour le moins inopportun qu’un homme qui ne peut plus exercer une fonction à responsabilité au Département soit placé face à des élèves.

Oskar Freysinger entend "montrer à ces messieurs qu’un exécutif ne baisse pas pavillon au premier vent contraire". Il a pourtant renoncé à nommer Bruno Perroud, UDC de Savièse, à la tête du Service de l’enseignement spécialisé, comme il s’apprêtait à le faire en dépit des critiques qui lui étaient adressées. Sans doute a-t-il voulu éviter d’avoir sur les bras une deuxième affaire de nomination contestée. On n’ira pas jusqu’à prétendre qu’il l’a fait pour "de grossiers intérêts politiques" et on en déduira donc que ce choix a été dicté par la reconnaissance (enfin) de vraies compétences.

OF parle de "tentative de violation de l’ordre constitutionnel" à propos des présidents de partis. La Constitution ne fixe-t-elle pas que "la liberté de manifester son opinion, verbalement ou par écrit, ainsi que la liberté de la presse sont garanties" / art. 8 ?

Antoine Cretton
Entremont Autrement Bagnes

5 commentaires:

  1. Oskar a du oublier, juste après sa propre nomination, que les politiciens n'ont de raison d'exister que par le fait qu'ils doivent servir le peuple, pas des intérêts amicaux. De plus, il s'octroi lui-même une liberté d'expression pour des sujets qui ne le concerne pas (il est libre comme tout le monde d'exprimer des opinions), et ce avec le cachet de notre canton...(là, par contre il s'octroi la représentativité de l'ensemble des valaisans et ça c'est de l'abus de position dominante) La liberté d'expression à deux vitesses.

    RépondreSupprimer
  2. Norbert Zuffereysamedi, 27 août, 2016

    Lecteur fidèle de votre blog, je regrette de trouver certains de vos articles sur un autre site dit "critique et libertaire", au même moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nos textes sont publiés ailleurs ? Ma foi, ils ne sont peut-être pas si mauvais que ça... :-D

      Supprimer
    2. Et merci pour votre fidélité.

      Supprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.