12 février 2016

Bagnes - suite de la saga

Le texte qui suit est publié avec l'aimable autorisation de son auteur Alexandre Luy, ancien député-suppléant PLR. Il nous semblait que dans le dossier difficile des constructions à Bagnes, il pouvait offrir un éclairage intéressant sur la question.



CE QUE NOUS SAVIONS DEJA DEPUIS DECEMBRE
Le rapport est explosif et démontre des pratiques courantes et généralisées de violation de la législation en matière de constructions (contrairement à ce que laissait entendre laconiquement le président Rossier, pour qui ce n'était ni systématique, ni volontaire... ou quelque chose comme ça). - Le rapport est de facto un document public qui doit être mis à la disposition de quiconque en ferait la demande. Il suffit de lire la loi sur l'information et la protection des données publiques pour s'en convaincre. - L'existence de cette loi n'a pas empêché le Conseil communal de marteler qu'il s'agit d'un document interne, qu'il a été demandé par lui-même et pour lui-même et que, en l'état ils préféraient ne pas décider si oui ou non ce rapport sera rendu public ou pas.

CE QUE NOUS AVONS APPRIS CETTE SEMAINE
Le caractère public du rapport a été confirmé par Me Sebastien Fanti, la personne la mieux placée en Valais pour en parler (en tant que préposé cantonal à la protection des données) et accessoirement le meilleur spécialiste de la question, reconnu loin à la ronde, au moins à l'échelle de la Suisse romande. Chaque fois que le sujet de la protection des données est évoqué, c'est lui que la RTS invite. Il est devenu désormais difficile pour le Conseil communal de prétendre mieux connaitre le sujet que Me Fanti et continuer d'hésiter à rendre les informations publiques. 

CE QUE NOUS AVONS APPRIS AUJOURD'HUI: (grâce à l'enquête de Julien Wicky dans le Nouvelliste)
Le Conseil communal refuse de répondre pour dire s'il rendra le rapport public et précise qu'il communiquera quelque chose d'ici la fin du mois.

CONCLUSION
Il est désormais certain que le Conseil communal en a autant à foutre de l'avis de Me Fanti que des différentes dispositions légales sur les constructions. 

DEDUCTION
Le rapport incrimine de manière prépondérante un ou plusieurs membre(s) de l'exécutif. Sinon, comment expliquer cette incroyable hésitation à rendre public le rapport et ainsi faire taire les rumeurs ?

COUP DE GUEULE PERSONNEL
Le Conseil communal mesure-t-il la grogne populaire qui monte partout ? la grogne des petits indépendants, excédés des tracas qu'ils ont peut-être subi alors que visiblement on s'est montré beaucoup moins tracassants pour les copains du CC ? la grogne de Monsieur et Madame tout-le-monde, à qui on ne pardonnerait peut-être pas 3 m2 de bâti en plus ou 30 cm de largeur de balcon, pendant qu'on autorise des millionnaires à construire des piscines de luxe illégales en prétextant des extensions de densité "Minergie" ? A défaut d'avoir une date pour la publication du rapport, peut-on au moins espérer une date pour l'arrêt du foutage de gueule envers les citoyens bagnards ???

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.