13 juillet 2015

2 chiffres – 1 constat – 1 question


Deux articles l'un sur l'autre dans le Nouvelliste du samedi 11 juillet à la page 7, gagnent à être lus en même temps:




On peut en retirer 2 chiffres.
- Les coûts de l’aide sociale pour l’Etat du Valais ont connu une augmentation de 33 millions de francs en 4 ans (entre 2010 et 2014).
- Les aides octroyées par l’Etat du Valais aux primes d’assurance maladie ont connu une baisse de 47,9 millions de francs. en 2 ans (de 2013 à 2015).
- Entre ces 2 chiffres l’Etat du Valais fait une économie de 14,9 millions de francs et contribue à aggraver le fossé entre nantis et pauvres.
- Cette politique actuelle qui offre des cadeaux fiscaux d’un côté et des coupes budgétaires de l’autre est-elle en accord avec les messages de solidarités adressés par le pape François ?
A chacun d’y répondre
Urbain

2 commentaires:

  1. Cette politique me semble être exactement celle qu'il a récemment critiqué haut et fort publiquement

    RépondreSupprimer
  2. La commission des finance et la commission de gestion du Grand Conseil ont étudié la semaine dernière l'évolution des coûts des assurances sociales, il en ressort ceci:

    On constate que la part des personnes âgées de moins de 35 ans bénéficiant de prestations financières de l’aide sociale représente en 2013 plus de 60% des bénéficiaires totaux (y.c. les enfants). Si l’on prend exclusivement la catégorie 18-25 ans, le taux est de 13.39% et pour la catégorie 18-35 ans de 28.94%.

    De l’avis unanime des personnes rencontrées, l’évolution des dernières années des taux d’aide sociale chez les jeunes adultes suscite le plus d’inquiétude, tant d’un point de vue social que financier. Avec l’appui des milieux concernés, les commissions proposent des mesures concrètes pour rendre l’aide sociale moins attractive dans cette tranche d’âge. Par exemple, poursuivre une formation professionnelle ne devrait jamais être financièrement moins intéressant que percevoir les prestations de l’aide sociale.

    La COFI/COGEST propose dès lors que l’aide sociale pour les personnes majeures de moins de 25 ans soit réduite à l’aide d’urgence, soit CHF 500.00 mensuels. Les personnes en situation particulière (parentalité, autre situation spéciale motivée par l’autorité) bénéficient d’une aide ordinaire.


    Je ne comprends pas trop cette logique: Ah? Le nombre de jeunes à l'aide sociale augmente, il y a plus de misère chez la jeunesse, c'est préoccupant... Peut-être que si on ne leur donne que 500 francs par mois pour survivre, ça va les décourager d'être pauvre?
    Je caricature, évidemment, mais dans la tête de certains on n'est pas loin de la vérité.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.