23 octobre 2014

Darbellay, Tornay et Buttet mettent les rieurs de leur côté, peine perdue

Dans un débat lancé sur FB par notre député Florian Alter sur l'abolition des forfaits fiscaux, les ténors de la pensée politique comme Christophe Darbellay, Louis Tornay ou Yannick Buttet argumentent tous à partir des mêmes prémices: l'abolition des forfaits va chasser les grosses fortunes dans un paradis fiscal, prophétise Buttet, on va donc devoir renoncer au mécénat pour la culture, la musique, le social ou le sport, vaticine Darbellay et supprimer les forfaits arrangera bien des choses, rajoute ironiquement Tornay prenant acte du triste état dans lequel on a déjà mis les finances cantonales... Ces trois éminents idéologues veulent dans ce débat mettre les rieurs de leur côté, mais peine perdue:

La fuite des grosses fortunes n'est pas un fait établi, mais un fantasme, qui est encore aujourd'hui l'objet d'une patiente recherche scientifique, c'est ce qu'on peut comprendre de l'état des études universitaires sur le sujet dont nous fait part ici M. Marius Brühlart, professeur d'économie à HEC Lausanne, un vrai scientifique et pas un politique.






Le vrai débat, auxquels vous êtes tous conviés, aura lieu à l'école d'Orsières tout prochainement, et pas au bistrot, autant dire qu'il faudra affuter les arguments:



Un témoignage qui n'est pas une preuve mais un indice:

1 commentaire:

  1. Moi si j'étais au bénéfice d'un forfait fiscal à Orsières ou à Bagnes, je déménagerais à Vollèges, rien que pour faire chier.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.