17 octobre 2014

Chapeau épiscopal!

C'est une discussion de spécialistes mais un contributeur à Wikipedia du nom de Abaddon1337, est intervenu sur notre blog pour s'étonner d'un détail des armoiries de l'évêque.

Il nous indique un lien vers "les armoiries de Mgr Lovey telles qu'elles ont été imprimées sur le feuillet distribué lors de son ordination épiscopale." Nous n'en connaissions que le version et noir et blanc.




Puis il commente:

Elles sont assez similaires à celles que j'ai dessinées pour Wikipédia. La différence réside dans les ornements extérieurs : une mitre orfrayée à la place du chapeau. C'est surprenant parce que, selon Paul VI, cet usage n'est plus permis depuis 45 ans au moins, tous les évêques doivent utiliser le chapeau : « Usus vigere pergit petasi gausapati chordula et floccis viridi coloris ornati, qui similis erit pro omnibus Episcopis, residentialibus et titularibus. » (http://ow.ly/CIeNU pp. 334-340). Est-ce donc un choix de Mgr Lovey ? Une faute de l'héraldiste qui a dessiné ses armoiries ? Une autre raison ?

Pour mémoire nous donnons ici les armoiries telles que dessinées par notre correspondant pour Wikipedia:


 Lire nos épisodes précédents:

La question du coeur.
La questin du boeuf.
Les chapes et la devise.
Les ornements extérieurs.

Pour répondre à ce correspondant et élargir sa jurisprudence, nous citons le manuel en usage:

B. B. Heim, L'araldica nella Chiesa cattolica, Libreria Editrice Vaticana, 2000. p.59

In origine I vescovi francesi e quelli italiani fecero molto meno uso della mitra nei loro emblemi araldici, rispetto ad altri. Preferirono invece, come del resto è oggi uso comune, ornare il loro scudo più semplicimente con il cappello prelatizio e la croce. Il decreti sugli stemmi episcopali emanato da Benedetto XV il 15 gennaio 1915 non menziona la mitra (...), e da allora il suo uso in araldica è in generale declino nella Chiesa cattolica romana, mentre quella di Ingliterra manitene l'usanza più antica. 


7 commentaires:

  1. un type qui lit le latinvendredi, 17 octobre, 2014

    J'ai lu la phrase citée par Abbadon1337 qu'on pourrait traduire par "L'utilisation du chapeau de laine poilu orné d'un cordon vert et glands, qui sera le même pour tous les évêques, résidentiel et titulaire, continue d'être en vigueur." On ne peut pas se baser sur cette phase pour en déduire l'obligation d'usage sur les armoiries.

    RépondreSupprimer
  2. la phrase citée ici ne concerne pas l'héraldique mais le vestiaire réel de l'évêque! les normes en matière d'héraldique sont dans une autre partie de l'instruction du secrétaire d'état Ut sive sollicite du 31 mars 1969: au point 28:
    Sive Patribus Cardinalibus, sive Episcopis conceditur, ut generis insigne adhibere possint.
    Huius vero insignis aspectus ad normam artis exarandorum insignium delineandus erit, idemque simplex atque perspicuus sit oportet. Ab huiusmodi autem insigni sive baculi pastorali sive infulae effigies tollantur.
    Sans vouloir chercher des crosses à monseigneur, c'est la seule disposition qui abolirait l'utilisation de l'image d'une infule comme ornement sur les armoiries.

    RépondreSupprimer
  3. un type qui lit le latinvendredi, 17 octobre, 2014

    Votre correspondant devrait retourner aux sources plutôt que de se fier à wikipedia.

    RépondreSupprimer
  4. En 1969 Paul VI a voulu simplifier le décorum, et le chapeau vert à pompon suffisait pour signifier le rang de l'évêque, d'où la proposition d'abandonner mitre et crosse et de garder le chapeau. Paradoxe: les évêques avaient commencé à abandonner ces insignes dès le moment où abbés et prévôts s'en prévalaient. Aujourd'hui c'est le pape qui utilise la mitre au lieu de la tiare. Et on peut honnêtement penser que l'usage de la mitre à la place du ridicule chapeau à pompon vert par Mgr Lovey ( qui a quand même conservé les pompons) va dans le sens de la simplicité. Et qui nous dit que c'est vraiment une mitre orfrayée? ça pourrait être une croix rayonnante, non?

    RépondreSupprimer
  5. un héraldiste amateurvendredi, 14 novembre, 2014

    Je vois dans le numéro de 2014 des Archives Héraldiques Suisses que l'abbé Urban Federer d'Einsiedeln a timbré ses armes d'une mitre et qu'il a rompu avec la tradition du chapeau vert comme son prédécesseur Werlen.
    Il y a donc un précédent dans la conférence épiscopale suisse.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.