21 avril 2014

Vers une nouvelle constitution? XXVII / La tribune de Léonard Bender

Après le PCS en 2005, c'était donc au tour du PRD en 2007 de défendre le projet aujourd'hui relancé publiquement par les Verts, en témoigne ce texte paru dans le Nouvelliste le 18 janvier 2007.

Une nouvelle Constitution

A des élèves qui lui demandaient quelle était la meilleure des constitutions, le grand législateur athénien Solon répondit: «Dites-moi d'abord pour quel pays et pour quelle époque?» Une manière de signifier qu'une constitution est un habit taillé sur mesure, adapté au corps social qui doit le revêtir. Samedi dernier, à Sierre, les radicaux valaisans ont décidé de lancer la procédure de révision complète de la Constitution valaisanne, adoptée en 1907. Dans les mois à venir, les citoyennes et citoyens seront donc sollicités par la récolte des 6000 signatures nécessaires.

L'actuelle Constitution cantonale n'est pas sans valeur, mais elle ne satisfait plus, à maints égards, à «l'esprit du temps», et aux aspirations populaires. Il convient donc de la réviser totalement, à la suite de nombreux autres cantons suisses et de la Confédération elle-même. Au-delà des questions juridiques à traiter, le mérite d'un tel exercice est de créer un moment privilégié de réflexion sur l'Etat, la démocratie et la citoyenneté. En convoquant une Constituante, composée de personnalités diverses, choisies aussi hors du sérail politique, le Valais dira sa volonté d'entrer résolument dans le XXIe siècle. Ses atouts sont solides, et les bonnes volontés foisonnent. Le «peuple du Valais», fier de ses racines, est capable de surmonter les défis qui se présenteront sur sa route. Par exemple, il saura concevoir et «tailler» l'organisation politique du territoire d'une manière autre que dans les temps anciens. Les structures archaïques seront remplacées par des institutions nouvelles, plus efficaces et plus démocratiques. Par exemple: faut-il conserver 14 cercles électoraux pour la désignation du Grand Conseil, les plus grands élisant 18, 16 ou 15 députés, les plus petits deux ou quatre seulement? 130 députés et 130 suppléants, le chiffre n'est-il pas excessif? Autres préoccupations centrales: comment freiner les dérives régionalistes? Comment intensifier les liens entre Haut et Bas-Valais? Quel sera le rôle de l'Etat? Quelle place pour les communes et les districts?

En un siècle, la société valaisanne s'est profondément transformée. Son économie s'est largement développée et diversifiée. Le champ politique ne peut rester en dehors de cette puissante mutation. En révisant notre Constitution, en jetant le bois mort tout en conservant l'arbre plein de sève, nous allons préparer un avenir à nos enfants.

Léonard Bender président du Parti radical démocratique valaisan 2007

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.