26 février 2014

Maurice et les flocons d'avoine

Je suis, de longue date, un amateur régulier de flocons d’avoine. Depuis de nombreux mois, lors de l’achat de ceux-ci je privilégiais une marque suisse estampillée ‘Qualité Suisse’ sur l’emballage. Mon choix s’était porté sur ce produit au détriment d’autres marques affichant des provenances de pays assez éloignés comme la Finlande.

Dernièrement, voulant en savoir plus sur la provenance de ces flocons d’avoine ‘Qualité Suisse’, j’ai adressé un e-mail à la société helvétique en question.


Réponse : Monsieur, nous achetons nos ingrédients dans le monde entier mais nous favorisons surtout, dans la mesure du possible, l’achat de produits régionaux. Cela signifie que la plupart des matières premières utilisées dans nos sites proviennent de Suisse, d’Allemagne ou pays Européens voisins. Vu la taille de notre assortiment, il nous n’est malheureusement pas possible de donner d’informations sur l’origine de chaque denrée. Par contre nous établissons des contrats de spécifications très strictes avec les producteurs. Ces contrats garantissent la qualité des matières première.

A la suite de cette réponse, je leur ai adressé un nouveau message. Dans celui-ci, je leur demandais comment il pouvait prétendre établir des contrats de spécifications très stricts avec tous les producteurs et affirmer dans le même temps qu’il leur est malheureusement impossible de donner des informations sur l’origine de chaque produit. Je leur demandais également pourquoi faire mystère sur l’origine de leurs flocons d’avoine alors qu’il était certain pour moi que leur société connaissait la provenance de la totalité des céréales achetées et conditionnées par leur soin.



Réponse : Comme déjà précisé nos denrées proviennent de Suisse, d’Allemagne ou des pays Européens voisins. Je vais faire parvenir votre demande au service en question et reviendrai vers vous dès l’obtention de plus amples renseignements. Merci de votre patience. 

Réponse suite : Je suis navrée de ne pas pouvoir vous donner de plus amples renseignements que ceux énoncés sur nos emballages ou ceux déjà communiqués.

Je me permets de résumer leur réponse ainsi : Nous ne sommes pas en mesure de vous informer sur la provenance de nos flocons d’avoine mais par contre nous sommes en mesure de vous affirmer que nous établissons des contrats de spécification très stricts avec tous les producteurs de ces mêmes flocons.


Ces affirmations me rappellent étrangement celles entendues après une heure lors d’une récente conférence de presse très médiatisée en Valais. Ces affirmations, contenues dans une seule réponse, concernaient toutes la commission cantonale de recours en matière fiscale et le nombre de recours adressés à celle-ci ayant atteint la prescription. Dans cette réponse étatique, il était affirmé qu’environ 1'800 recours avaient été traités lors des dix dernières années, que 99,99% d’entre eux n’arrivaient pas à prescription et que le nombre de dossiers prescrits ne lui est pas connu.

Comment peut-on obtenir le pourcentage en question en affirmant ne pas connaître le nombre de dossiers prescrits ? Et, comment peut-on faire confiance aux chiffres transmis alors qu’un seul cas sur 1'800 représente déjà à lui seul 18 fois le 0,01% de recours restants et atteignant la prescription.

La similitude entre ces deux sujets me fait dire en conclusion, que dans les deux cas, les affirmations énoncées sont pour le moins hasardeuses.

Urbain

3 commentaires:

  1. Une remarque justifiée m'a été faite sur une grossière erreur de chiffre au sein du texte ci-dessus. Dans l'avant dernier paragraphe, ce n'est pas 18 fois, mais plus de 5 fois. Je fais mon mea culpa.
    L’amoureux des chiffres que je suis est confu et peut faire profil bas pour avoir commis une aussi grossière erreur.
    Heureusement pour moi, mon erreur ne modifie pas le fond de mon message. Elle met ici en évidence, l’importance de la précision des chiffres étayant des faits.

    RépondreSupprimer
  2. Pour ne pas mettre les 2000 lecteurs occasionnels de notre blog dans la confusion, 1 cas sur 1800 represente 0,055 %. C'est ça?

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement et précisément avec des 5 à l'infini. Ce qui donne environ 5,5 fois plus que les 0.01% donné. Et ce, que pour l'unique cas connu arrivé à prescription sur la dernière décennie.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.