18 février 2013

L’aile ou la cuisse ?


Avant même qu’un principe soit inscrit dans la loi, certains étudient déjà comment le détourner au cas où le peuple l’accepterait. Il en est ainsi du montant astronomique accordé à Vasella au moment où il quitte Novartis. N’allons surtout pas imaginer ce geste comme un « parachute doré », l’initiative Minder attaque ce genre de procédé. Non, il s’agit du prix payé à Vasella pour qu’il ne divulgue pas des secrets de production à la concurrence. C’est nouveau, ça vient de sortir. On ne dit pas si tous les travailleurs de Novartis, qui connaissent eux aussi certains secrets de fabrication, seront traités à la même enseigne…

Il en a sans doute été de même lorsqu’on a demandé aux industriels de l’agro-alimentaire d’indiquer la composition des produits qu’ils nous faisaient avaler. On ne trouve plus que des huiles « végétales » sur le marché. Il s’agit évidemment de l’huile de palme, très décriée. Jusque là, la manipulation ne visait que le vocabulaire. Aujourd’hui, on apprend que « viande de bœuf » veut tout aussi bien dire « viande de cheval », voire « viande d’âne ». Bon. D’ici peu, on nous révèlera peut-être que ce n’est plus de la viande mais des produits émanant de la pétro-chimie, amalgamés aux OGM où à des « farines animales ». Ce qui peut être inoculé aux poissons doit bien pouvoir être avalé par les humains, à défaut de couleuvres.

D’ici là, bon appétit à toutes et à tous !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.