15 janvier 2013

En avant la musique

Je me souviens encore de ce mois de juin 2006. Plus haute formation possible en Suisse en violon réussie, regardant le paysage, debout devant l’école de la Comba, à Verbier. J’étais bien loin de m’imaginer que la vie m’installerait ici pour longtemps.

Après bien des déboires pour pouvoir faire mes études, entre le manque de soutien de mon canton et la considération toute relative donnée à la formation musicale, je me retrouvais entre Orsières et Bagnes, entouré de mélomanes et d’une commune qui, grâce à son investissement (certes tardif) au côté du Festival de Verbier, me permettait de découvrir le monde, les grands musiciens qui marquent la sphère classique.

Que de richesses j’ai reçu de cette région qui m’a donné les moyens de m’épanouir, et que de richesses cette région a à offrir ! Je fus surpris du niveau extraordinaire que les sociétés locales, autour de l’amour de la musique, offraient aux habitants de notre contrée.

Des groupes folkloriques, garant de notre culture,  qui sent bon notre histoire, et la joie qu’avaient, et ont toujours, les gens à se réunir pour danser et jouer. Comme une bouffée d’air frais, du temps où les travaux de la terre étaient le centre d’occupation et que le labeur éreintait et épuisait nos ancêtres.

Des sociétés de chant, des fanfares, pour qui l’engagement dans l’animation paroissiale et la rencontre de personnes autour d’une passion commune sont des choses évidents pour eux, amoureux de la musique ! Ou quand l’énergie produite n’a d’autres buts que d’atteindre des sommets chatouillant la perfection.

Sans parler des instrumentistes, solistes de cuivre, groupe de métal jusqu’à l’extraordinaire virtuosité d’une jeune pianiste… On se rend difficilement compte, à ce niveau, des sacrifices, des abnégations et des heures de travail nécessaire pour faire sonner un contre-ut ou mettre en place rigoureusement une fugue de Bach.

Fête de la musique à Orsières, Festival de Verbier, Fête de chant, festivals, et j’en oublie… Tant de manifestions qui jalonnent notre agenda annuel, mettant tout à coup notre belle région au centre des discussions et des regards environnants, parant nos rues de visages inconnus et souriants.
N’y a-t-il pas, dans tous ces projets artistiques une réalité cachée ? Le résultat toujours positif récompensant l’investissement collectif dans une cause commune : la réussite.

Soutenons ces nouvelles vocations qui offriront à nos jeunes des réalités et des regards sur le monde plus larges, plus riches. Soutenons la musique qui permet d’établir le contact au-delà des mots et des caractères, parce qu’elle a tout pour nous rendre meilleur et nous réunit autour de ce qu’il y a de plus magique : l’Harmonie.

1 commentaire:

  1. Valais de coeur, Valais de contrastes, Valais de soleil et de rocailles, comme tes habitants te ressemblent !
    C'est cette diversité qui rend notre canton si attachant, les touristes qui le fréquentent ne s'y trompent pas ! C'est une des raisons pour laquelle tant de personnes tiennent à venir y habiter. On sent, dans nos vallées, une authenticité à fleur de peau, un désir qui, malgré le modernisme galopant,reste encré en chaque citoyen, de rester fidèle au patrimoine reçu.
    C'est pour cette raison, et beaucoup d'autres semblables, que le mouvement EA trouve sa légitimité. Ce que nous admirons dans notre canton maintenant, ce que beaucoup nous envient, nous sommes, par appât du gain immédiat en train de le brader. Sachons garder un discernement objectif et lucide, sans querelles partisanes, tous ensemble créer un Valais moderne, créatif et innovant. Ne sacrifions pas ce magnifique héritage sur l'autel du profit.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.