24 août 2010

Suisse Rando défend les lignes menacées.

Le Châble-Bruson-La Moray
Orsières-Commeire
Orsières-Champex

et 160 lignes régionales sont menacées de disparition Suisse Rando s'engage au côté de l'ATE et de Valais Tourisme, au moment ou une pétition va être déposée.


Adèle Thorens Goumaz, Vice-présidente de Suisse Rando:
Des transports publics pour aller randonner
C’est avec consternation que Suisse Rando, l’organisation faîtière défendant les intérêts de la randonnée et des randonneurs en Suisse, a appris la volonté du Conseil fédéral de procéder à des coupes budgétaires dans le domaine des transports régionaux. La randonnée est l’activité de loisir la plus appréciée en Suisse, mais c’est aussi l’une des plus écologiques. La seule ombre au tableau est constituée par les transports, les randonneurs devant souvent se déplacer pour atteindre le point de départ de leur balade.
La dernière analyse des pratiques des randonneurs effectuée par Suisse Rando montre que 50 % d’entre eux utilisent leur voiture dans ce contexte. Pour faire baisser ce pourcentage, une seule solution : favoriser l’accès en transports publics des zones propices à la randonnée. Les randonneurs sont prêts à jouer le jeu puisque 80 % d’entre eux considèrent qu’il est important de pouvoir utiliser les transports publics pour aller marcher.
Suisse Rando s’est toujours engagée dans ce sens et continuera à le faire, conformément au mandat qui lui a été conféré. Notre organisation considère que les coupes budgétaires prévues par la Confédération constituent une atteinte aux objectifs de la Loi fédérale sur les chemins pour piétons et les chemins de randonnée pédestre, puisque celle-ci prévoit expressément la mise en rapport des chemins de randonnée et des arrêts de transports en commun, afin de favoriser l’usage de ces derniers. Or ces efforts seront vains si les lignes de transports publics ne sont plus assez performantes faute de moyens.
La randonnée est extrêmement populaire en Suisse, qui dispose d’un réseau balisé exceptionnel de 60'000 kilomètres de long. Ce réseau est utilisé régulièrement par près de 2 millions de randonneurs.
Ces derniers, et parmi eux tout particulièrement les touristes, ont besoin de pouvoir accéder de manière rapide et efficace aux chemins pédestres sans dépendre systématiquement de leur voiture. Suisse Rando demande dès lors au Conseil fédéral de bien vouloir revenir sur une décision inopportune, qui porterait atteinte à l’une des activités les plus appréciées tant des Suisses que de ceux qui visitent notre pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.