21 août 2010

25.000 signatures pour sauver nos lignes régionales.


Pour sauver

Le Châble-Bruson-La Moray
Orsières-Commeire
Orsières-Champex

parmi 160 lignes régionales menacées, Valais-Tourisme s'engage au côté de l'ATE.

Le tourisme a besoin d’un réseau dense
Touchée de près par la proposition de la Confédération de supprimer 160 lignes régionales de transport public en Suisse, la branche touristique témoigne son soutien à la pétition de l’ATE. Un réseau dense et de qualité est un avantage concurrentiel et doit le rester !
Incohérent
Le Valais touristique s’élève contre une telle mesure car elle touche de plein fouet notre région de montagnes et concerne 15 à 20 lignes de notre canton. De nombreux lieux touristiques sont concernés, comme, à titre d’exemple, Les Crosets et Champoussin (Portes du Soleil), Vallée du Trient/Emosson, Champex, Ovronnaz, Thyon 2000, La Tzoumaz, Albinen, etc. L’affluence touristique à ces lieux serait prétéritée et l’offre touristique en pâtirait. Comment vendre la complémentarité d’un déplacement en transport public avec un séjour ou une excursion journalière pour de la randonnée, du vélo ou VTT ou encore du ski s’il n’y a tout simplement plus de système de transport efficace. Cette incohérence est d’autant plus surprenante pour un canton touristique qui mise sur le transport public et le promeut. L’ouverture du tunnel de base du Lötschberg l’illustre bien, ainsi que les nombreuses coopérations avec les CFF et RailAway. Maintenir un réseau large est un moyen de soutenir le développement économique dans les régions périphériques et d’accompagner le développement de plus petits lieux de villégiature. En matière environnementale, un tel acte est une confusion totale à l’heure où l’incitation et la mise en oeuvre d’actes responsables devraient l’emporter.
Compétitivité nationale en jeu
Le critère du nombre de personnes transportées n’est pas cohérent. Il faut tenir compte de paramètres sociaux en complément et des besoins de la promotion économique. Une proportionnalité avec la zone de desserte, la fluctuation saisonnière et la population établie est nécessaire. L’effet d’une telle mesure est peut-être peu spectaculaire en chiffre absolu mais lourd de conséquence au niveau social et économique sur les régions de montagnes. Il serait plus indiqué de supprimer une ligne de transport ou de diminuer une cadence dans une métropole plutôt qu’en montagne. En ville, l’effet passerait inaperçu vu la densité de l’offre ; en montagne, la conséquence serait désastreuse ! Finalement, il s’agit d’un atout touristique que l’on gaspille ; le réseau de transport véhicule une image et un attrait touristique énorme pour notre pays !
Vincent Bornet, directeur adjoint Valais Tourisme

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.