13 avril 2010

Qui est Maurice Valère? (II)

Depuis ce petit matin, Maurice Valère et Franck SIngleton les deux anonymes qui militent pour l'indépendance du Nouvelliste, ont un nouvel ami: Jean-François Fournier.
C'est une enquête digne du da Vinci code que le jeu qui consiste à voir sur quelle piste tente de nous égarer l'animateur de l'action pour un Nouvelliste 100% valaisan: Maurice Valère.
Il se donne lui-même comme la réincarnation du martyr valaisan Maurice Tornay. Il est né, nous dit-il, le jour de la mort de l'autre.
Le prénom de Maurice en Valais a été porté par toute une série de personnages politiques ou littéraires; de Maurice Barman à Maurice Tornay en passant par Maurice Troillet, les références ne manquent pas, de Maurice Zermatten à Maurice Chappaz en passant par Maurice Métral, non plus. La référence au saint agaunois explique cet usage. Mais aujourd'hui pour la première fois, un Maurice se donne lui-même ce nom en référence au bienheureux entremontant. C'est une première clé.
Choisir de s'appeler Maurice en Valais, c'est donc se mettre spirituellement du côté de ceux qui savent qu'il peut en coûter un peu! Que l'idéologie - ou la foi -, ça peut être dangereux. Choisir de s'appeler Maurice, c'est ne pas craindre la résistance, jusqu'au martyre, c'est oser commencer à dégommer l'establishment.

Face à saint Maurice le Valais a également un autre patron, Théodule qui est le symbole de l'indépendance et de la grandeur politique du Valais dans l'empire, alors que le culte de saint Maurice servira surtout la cause étriquée de la Savoie. Ici en Valais, ce n'est pas tout à fait la même chose d'être un sujet de Théodule ou un suppôt de Maurice. La première chose qu'ont fait les valaisans en occupant le pont de St-Maurice fut d'ailleurs d'y construire une chapelle de saint Théodule!

Lors que le premier numéro de Vigousse a attaqué de front le Nouvelliste, en lui faisant un faux procès d'ailleurs, le chef du commando avait choisi comme nom de guerre Théodule Valère!


Ce papier de Vigousse avait provoqué, le 16 janvier 2010 une discussion surréaliste en forme de pommadage réciproque entre Jean-François Fournier rédacteur en chef du Nouvelliste et Thierry Barrigue rédacteur en chef du journal satirique.

Maurice Valère qui défend aujourd'hui le journal jusqu'au martyre, qui ne craint pas d'attaquer la liberté de commerce au nom des valeurs identitaires et conservatrices, prend donc le contrepied de on, du collaborateur qui ne travaille déjà plus, de Théodule Valère. Oui Théodule Valère a été viré de Vigousse et Thierry Barrigue y énonce déjà tout le programme de Maurice Valère. Jean-François Fournier a offert trois pages de promotion pour Vigousse dans son journal. Entre ceux qui ont été virés et ceux qui le seront bientôt, on se comprend et on se ressemble.
Catherine Tourbillon

A suivre


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.