15 octobre 2009

Sarreyer chantier pilote pour la protection des forêts.

Les projets pilotes INTERREG IV et ALCOTRA (Forêts de protection 2008-2011), dotés chacun d’une enveloppe de 2,5 millions d’euros pour quatre ans, se sont donné pour mission de:

tester concrètement les outils techniques sur des chantiers pilotes
déterminer pour un territoire donné des priorités d’intervention afin d’améliorer la contribution des forêts de protection en cas de catastrophe
intégrer la forêt en tant qu’ouvrage de protection dans les stratégies de prévention des risques.

Sarreyer, chantier pilote international

Parmi les différents sites pilotes internationaux, on trouve ainsi le village bagnard de Sarreyer en Valais et sa forêt de protection de six hectares située en amont des habitations.
«La zone est composée de plus de 80 parcelles, regroupant 69 propriétaires privés, explique Roland Métral, responsable de l’arrondissement forestier du Bas-Valais. Nous avons donc dû trouver des solutions avec les propriétaires, auxquels il était par exemple demandé de ne pas intervenir sur leur forêt durant les 20 prochaines années, mais aussi avec les chasseurs et les agriculteurs, également concernés».
Des professionnels locaux et issus des pays limitrophes ont réalisé dans un premier temps une analyse de terrain. Une première étape de marquage a eu lieu. Un plan d’action a été mis en place. Les travaux devraient durer deux mois et s’achever au début de l’hiver 2009-2010.
«Parmi les mesures qui seront prises, il s’agira par exemple d’abattre les arbres instables qui risquent d’entraîner des chutes de pierres. Il faudra procéder à des coupes sur les peuplement trop anciens pour favoriser le rajeunissement et la diversité des essences (favorable à la biodiversité des espèces) ou encore effectuer des abattages en travers destinés à augmenter la rugosité du terrain et à freiner les chutes de pierres», détaille Roland Métral.

Des outils de planification et de décision adaptés pour les collectivités
L’évolution de ce site pilote sera suivie durant les 20 prochaines années. Associées à celles issues des autres sites pilotes, les données récoltées devraient servir à l’amélioration de la connaissance et des compétences des collectivités et des professionnels forestiers : «nous devrons donner aux collectivités alpines les moyens d’analyser leurs forêts de façon plus pertinente par rapport aux risques naturels, explique Roland Métral. Il faudra leur mettre à disposition des outils de planification durable qui assurent une intervention adaptée aux enjeux sécuritaires».

(Source: comférence de presse)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.