8 juillet 2009

Loi cantonale sur le tourisme

Illustration: "Gouverneurs implorant les compétences d'une femme savante", gravure d'Angelika Kaufmann, bureau de l'IET, Sierre.

(I-VS).- Le Conseil d’Etat a fixé le scrutin relatif à la loi cantonale sur le tourisme au 29 novembre 2009. Fort du devoir d’information, il a chargé l’Institut « Economie & Tourisme » de la Haute Ecole de Suisse Occidentale à Sierre de récolter des données objectives sur les implications possibles des modifications prévues. Ce travail s’effectuera en collaboration avec six régions valaisannes.

Considérant les modifications proposées au cadre légal réglementant le tourisme valaisan, dont les importants changements apportés en 2ème lecture du Grand Conseil, le Conseil d’Etat entend donner tous les moyens concrets d’évaluation des implications possibles de ces modifications aux citoyens valaisans. Pour ce faire, il a choisi de mandater l’Institut «Economie et Tourisme» de la HESSO-Valais pour la récolte des données objectives, notamment par le biais de simulations et d’études de faisabilité.

L’Institut « Economie et Tourisme » est chargé de déterminer les implications pratiques, tant pour les organes touristiques que pour les citoyens, d’une acceptation de la loi cantonale sur le tourisme. Il réalisera ce mandat sur la base de calculs détaillés dans six régions : Saastal, Leukerbad, Zermatt, Sierre-Anniviers, Verbier/St-Bernard et Chablais-Région. Les travaux seront conduits par un comité de pilotage, constitué de deux représentants de chacune des régions concernées et présidé par un représentant régional.

Ce mandat de Fr. 48'800.- hors TVA doit fournir des résultats concrets au Conseil d’Etat d’ici au 15 septembre. Ces résultats seront mis à disposition des citoyens avant l’envoi du matériel de vote.

Dans la préparation d’un tel scrutin, le Conseil d’Etat n’a en effet pas seulement le droit d’informer les citoyens; il est tenu d’obéir à un devoir d’information. En outre, l’autorité doit pouvoir faire valoir son point de vue de façon objective. Elle doit en particulier présenter les intérêts publics prépondérants de façon rationnelle, équitable et objective. Ceci est particulièrement important étant donné les modifications essentielles apportées en 2ème lecture du Grand Conseil.
(fin du communiqué)

Rappelons que l'Institut Economie et Tourisme est un des cinq instituts de recherche de la HES-SO Valais et dirigé par Marie-Françoise Perruchoud-Massy, jamais citée dans le communiqué du gouvernement. L'Institut souligne sa spécialisation dans les domaines du tourisme alpin, de l'économie régionale et du coaching à la création de nouvelles entreprises ventilés dans les trois unités Tourism Management, Public Management et Développement Entrepreneurial.

1 commentaire:

  1. Je dois dire que c'est de l'argent durement dépensé pour un objectif "rationnel, équitable et objectif" Qui peut croire à une telle pétition de principes? Et avant même d'avoir dépenser les 48 800 francs, on connaît déjà la réponse de l'équipe à JMCina et de la HES-SO. J'adore l'expression: "le Conseil d’Etat n’a en effet pas seulement le droit d’informer les citoyens; il est tenu d’obéir à un devoir d’information." On pourrait dire une obligation de transparence, peut-être que ce serait plus clair.Et vive les comités de pilotage. Personnellement, après ma candidature au Conseil d'Etat, je suis de plus en plus persuadé qu'il fallait l'oeil d'un politicien indépendant au sein de l'Etat. J'ajouterai que les 460 000 francs donnés par l'Etat pour le Tour de France font également problème. Dans quelles poches vont-ils tomber?

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.