1 mai 2009

Un communiqué d'Eric Felley

Eric Felley a fait diffuser aujourd'hui ce communiqué:

Les Valaisans ne croient pas aux fantômes

Après les élections de mars, L'Autre Valais, par ma voix, avait annoncé d'une manière provocatrice la création d'un "cabinet fantôme" inspiré des us et coutumes de certains pays anglo-saxons, soit un gouvernement d'opposition à l'identique de celui en place. Après réflexion, il est apparu qu'il n'était pas nécessaire d'avoir recours à cette terminologie, tant il est vrai que la grande majorité des Valaisans ne croient pas aux fantômes.
Nous formons cependant un cercle apolitique d'une dizaine de personnes de professions différentes (dans le social, l'éducation l'informatique, les sciences du vivant, les petites et moyennes entreprises, les multinationales) regroupées par un intérêt commun pour la chose publique. Il s'agit d'une sorte d'observatoire neutre, qui utilisera essentiellement Internet pour sa communication. Après discussion, la majorité de ses participants ont souhaité rester dans la confidentialité pour des raisons professionnelles ou familiales. Nos forces se sont concentrées sur la création d'un site sur le web qui sera bientôt opérationnel, une plate-forme d'échanges d'informations et de réflexions, ouverte à toutes et tous.
Les événements récents autour de la succession à la présidence de la Banque cantonale du Valais ont montré que la politique valaisanne pouvait prendre un autre chemin, qu'un appel d'air est nécessaire, ce que j'ai défendu en tant que candidat indépendant durant la campagne 2009. En ce qui concerne Jean-René Fournier, désavoué par ses pairs et collègues, le rejet de sa candidature illustre bien les limites d'un système qu'il avait lui-même mis en place. Au-delà de son échec personnel, il signe, tant pour les petits que pour les grands, la fragilité de l'engagement politique.
Sur un autre sujet, qui a occupé la campagne - même si une femme a été élue au Gouvernement ou si une femme a accédé à la vice-présidence de la BCVs - il reste beaucoup à entreprendre sur le chemin d'une juste représentativité féminine. Rappelons simplement que sur les 38 chefs de service de l'Etat du Valais dans son nouvel organigramme, il ne se trouve aucune femme...
Tous ces événements méritent aujourd'hui des réflexions plus poussées sur la culture politique valaisanne et plus généralement sur sa société en mutation. Il faudrait davantage de transparence, d'analyses et prendre en compte une population disparate et multiple. La finalité de cette action, de L'Autre Valais, n'est pas de diviser le canton en deux, mais de permettre l'émergence de nouvelles intelligences et l'intégration des nouvelles générations.

Eric Felley
1er mai 2009

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.