25 mai 2009

410ème anniversaire de Gabrielle d'Estrée (6)

Résumé des épisodes précédents:
On a vu que depuis le XVIème siècle deux femmes dans un bassin sont représentées dans la position de Gabrielle d'Estrée et de sa soeur, et ceci jusqu'au XIXème au moins. Puis par modification et tâtonnement on est arrivé à la situation contemporaine, deux garçons se baignant dans un baquet, comme pour justifier le nom de Bagnes qui aurait la même racine que Bains.
La première représentation connue des armoiries de la commune se trouve sur le fameux thaler de Nicolas Schiner:


Il s'agit d'un écu aux armes Schiner avec les insignes épiscopaux entourés de 16 écus, la pièce pèse 28,81 g et fait 42 mm de diamètre elle date de 1498, soit une centaine d'années avant a représentation de Gabrielle d'Estrée dans sa baignoire. Il s'agit du premier thaler valaisan qui affichent les septs dizains, le chapitre, et les bannières du bas-valais. On y repère l'ours d'Orsières en train se redresser à gauche sur la photo et St-Georges à droite, photo que nous reproduisons telle quelle du site de la commune de Bagnes, mais qui est mal latéralisée. Si vous vous rendez au musée de Valère vous verrez en effet que sur la pièce M1249 l'ours d'Orsières est à gauche et St-Georges à droite du jacuzzi bagnard. Ce baquet fait à peine 4 mm de diamètre. La pièce reproduite à l'envers ici, mais à l'endroit dans l'article de Maurice Casanova dont nous avons déjà parlé est celle du Musée d'art et d'histoire de Genève NUM 31124.
Même si les bains de Bagnes ne sont pas historiquement attestés, les joies du tourisme d'aujourd'hui justifient à elles-seules l'iconographie héraldique de la commune.
Nous empruntons cette image à Zamuz.


La grande saga de l'héraldique bagnarde n'est pas donc terminée.
Revenez régulièrement sur notre blog pour y lire la suite des aventures du blason de la vallée. (A suivre dans quelques temps)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.