4 avril 2018

Analyse chiffrée des coûts de construction d'un parking à Verbier


En 2009, deux études chiffrent le prix par place de parc d'un parking au centre de Verbier aux alentours de 56'000.00.- Le 4 novembre de cette même année, GTO fournit deux devis concernant le parking des Marais-Verts, l'un où le coût unitaire de la place de parc est chiffré à 112'871.29.- (4 novembre) et l'autre ou le prix de la place avoisine les 87'677.- (8 novembre). Ce constat doit nous amener à nous interroger sur les coûts générés par le parking des Marais-Verts.

Lors des différentes présentations liées au parking, la situation particulière de Verbier a souvent été mise en avant afin de justifier les coûts générés et les complications rencontrées : travaux spéciaux, immeubles adjacents, taille des places de parc, etc… Nous pouvons constater au moyen du tableau ci-dessus qu'il n'en est rien. De plus, il apparaît utile de se questionner si la construction d’un parking souterrain en pleine ville est réellement plus aisée à gérer en matière de : travaux spéciaux, gestion des oppositions, prix du terrain au mètre carré (sachant que dans le cas qui nous occupe la commune était déjà propriétaire de la moitié du terrain) ?

Si nous nous intéressons au tableau ci-dessus, l'analyse des chiffres suscite plusieurs interrogations :

- Comment est que le Conseil Communal a réussi à vendre au Conseil Général, en 2009 et en 2013 (demande de crédit complémentaire) un parking à 90'000.00 frs la place soit approximativement 60% plus cher qu’une place en ville ?

-  Est-ce que le Conseil Général de 2009 et 2013 détenait réellement toutes les informations nécessaires à une prise de décision éclairée ? Le Conseil Communal avait-t-il documenté les raisons de la différence de coûts existante entre les différents projets à l'attention de son législatif ?

- Qui était le négociateur en « CHEF » représentant les INTERETS communaux sur ce dossier ?

 Ce dossier doit nous amener à une sérieuse réflexion sur le fonctionnement de nos institutions, d’autant plus à l'approche de gros dossiers comme ceux de Curala, du centre sportif ou encore du futur parking de l’Ermitage. À ce titre, il appartient aujourd'hui aux autorités de répondre aux questions suivantes :

- Comment régler les problèmes de conflits d’intérêts tout en ayant des conseillers compétents dans leurs domaines respectifs ?

- Ne devrait-on pas envisager la possibilité de mandater des experts externes et indépendants AVANT et DURANT l’évolution des projets, ce qui déchargerait le conseiller en charge si ce conseiller se trouve lié professionnellement aux projets ?

- Comment faire valoir la concurrence sur ce type de gros projet et veiller au respect de la loi sur les marchés publics ?

- Ne serait-t-il pas judicieux de bénéficier d'une expertise indépendante plus approfondie avant de voter sur ce type de gros budget (sur ce dossier des économies n'auraient-t-elles pas pu être réalisées si tel avait été le cas au vue du récapitulatif ci-dessous ?)

Vincent Michellod
Conseiller Général




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.