13 février 2018

Et notre Constitution dans tout ça?


En cette période de votations, j’entends parler en long et en large de No Billag. A se demander combien de personnes n’avaient jamais compris ce à quoi ils contribuaient jusqu’à aujourd’hui. Le débat me semblant déjà grandement mené par des spécialistes bien meilleurs que moi, je me suis d’avantage penchée sur le sujet cantonal soumis au peuple: « Pour une révision totale de la Constitution ».

La Constitution finalement, c’est quoi? C’est ce que l’on ne voit pas ou plus, mais qui nous guide tous, tous les jours. De manière générale, c’est elle qui organise notre canton, qui peint notre tableau politique. Ce cadre permet à tout un chacun de se reposer sur des valeurs de bases essentielles pour défendre ses droits et ses devoirs. Seulement voilà, notre chère Constitution est comme on pourrait le dire, une très vieille dame. En effet, elle date du 8 mars 1907. Dire qu’elle est née le Jour de la Femme et qu’elle ne contient pourtant même pas son énoncé. Et oui mesdames, nous n’existons pas encore dans notre texte fondamental. Et ce n’est qu’un des exemples confirmant qu’elle ne convient plus aujourd’hui aux exigences du monde actuel et à ses nouveaux défis. Droits de l'enfant, soutien aux plus démunis, accroissement du vieillissement, protection des données personnelles, droit à l’information, accès aux soins de santé, … face à l’évolution sociodémographique de notre canton, il est temps de dépoussiérer tout ça. Attention, il ne s’agit pas de bannir notre passé mais bien de réorganiser notre futur, riche de notre histoire et de notre identité.

Pour toutes ces raisons, je dis un grand OUI pour une révision totale de notre Constitution valaisanne.  

Deuxième question maintenant, par qui doit-elle être mise à jour? Certains diront que le Grand Conseil peut s’en charger. Bien que je salue le travail de nos députés et les remercie de leur dévouement, je ne peux m’empêcher de penser que ce nouveau chantier serait beaucoup trop faramineux pour qu’il soit réalisé sans perdre de temps. Peut-on à la fois se charger des affaires courantes du Canton tout en élaborant une nouvelle Constitution? Je n’en suis pas sûre.

Je défends l’idée que c’est à une assemblée constituante d’entreprendre cette révision. Je crois fermement en la force citoyenne et l’intelligence du peuple. Je souhaite d’ailleurs vivement que cette assemblée soit constituée de Monsieur et Madame Toutlemonde, intéressés au monde politique et motivés à l’élaboration de ce nouveau texte. Cette votation découlant d’une initiative populaire, je suis convaincue que si le peuple l’a souhaitée alors il est également tout à fait légitime de s’y investir. De plus, les Constitutions cantonales doivent être garanties par la Confédération en lien avec le droit fédéral puis être acceptées au final par le peuple. Ces nouveaux élus ne pourront donc pas faire des propositions complètement farfelues.

Je voterais donc POUR la mise en place d’une constituante pour 4 ans, élue par le peuple et représentative de celui-ci formée de profils les plus divers, politiques ou non d’ailleurs. Ses membres auront cette révision comme unique tâche. J’espère que cette nouvelle démarche ravive en chacun l’importance de notre rôle citoyen, sans a priori ni mot d’ordre de parti.

Roxanne Di Blasi
Animatrice socioculturelle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.