31 décembre 2017

Bagnes est-elle malade?

Le 26 décembre dernier, les Bagnardes et les Bagnards découvraient pantois dans le Nouvelliste, le mauvais cadeau de Noël que leur avaient livré leurs autorités. Aucune permanence médicale ne serait mise en place à Verbier durant l’hiver, alors que la station connaît actuellement son pic d’affluence annuel.

Il y a quelques années, le Conseil communal s’était entêté à rester à l’écart de la Maison de la Santé, vaste projet de regroupement des unités médicales dans la région. Il prétextait alors qu’il avait son propre projet de centre médical au Châble et qu’il ne souhaitait pas rejoindre le reste de l’Entremont dans son effort de centralisation. Encore récemment, lors du début de cette législature, l’exécutif, par la voix de son président, persistait dans l’erreur au mépris de ce que le bon sens et l’ensemble du Conseil Général lui dictaient.

Aujourd’hui, les promesses du président sont largement non tenues, puisque ce centre médical n’a pas vu le jour, faute de médecins intéressés. Pour pallier ce problème, l’exécutif en charge du dossier des gardes médicales sur Verbier et le président de la commune de Bagnes se sont alors tournés vers une société privée dont les intentions sont davantage portées par l’intérêt et l’appât du gain que le serment d’Hippocrate et le souci d’aider son prochain. Le président de Bagnes a été roulé dans la farine tel un gamin. Au jeu du marchandage des maux humains, l’Etat a mis bon ordre et opposé son veto.

Jusqu’ici nous pourrions sans doute plaindre le président dont on pourrait regretter la naïveté mais nullement l’incompétence sur ce dossier. Malheureusement, il apparaît nécessaire de rappeler aux autorités en place que le feuilleton est ancien et que l’exécutif disposait du temps nécessaire pour faire son travail avec le sérieux qu’on attend de lui. Ainsi, est-il utile de rappeler que le président de Bagnes a été à plusieurs reprises mis en garde, notamment par le Conseil général, par rapport à la société SOS Médecins et à ses pratiques.

Obtus et dépassé, l’exécutif bagnard était donc prêt, sciemment, à faire entrer le loup dans la bergerie en engageant une société au passé sulfureux et ne répondant pas aux exigences étatiques.

Espérons que pour le bien des Bagnardes et des Bagnards et de nos amis touristes, l’exécutif revoit rapidement sa copie afin qu’à l’avenir Verbier et Bagnes puissent bénéficier d’une vraie couverture médicale qui engage de vrais professionnels soucieux de la santé de leurs patients et pas uniquement de leurs bénéfices.

En attendant, il apparaît plus que justifié de répondre par l’affirmative: Bagnes est bel et bien malade et le cancer qui le gangrène est sans doute lié à l’orgueil de son président, incapable de se remettre en question.

Groupe EA - CG Bagnes


Pour aller plus loin: (cliquez sur les liens ci-dessous)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.