31 juillet 2017

1er août - Mon patriotisme


Le patriotisme est-il l’apanage d’une certaine catégorie de la population? A en croire certaines affiches qui fleurissent régulièrement lors de campagnes électorales, cela semble être le cas. Les messages affichés laissant clairement entendre que hors du chemin qu'ils tracent, il n’y a point de patriotisme. Sous-entendu: ceux qui s’opposent à leur vision n’aiment pas leur pays!

Si on ouvre le dictionnaire Larousse, et que l’on consulte la définition du patriotisme, voici ce que l’on peut lire:

Patriotisme: Attachement sentimental à sa patrie se manifestant par la volonté de la défendre, de la promouvoir.

J’ai beau lire et relire cette définition, je ne vois rien dans celle-ci qui me fasse penser que les idées défendues par les partis plus modérés ne sont pas patriotiques.

  • Si je pense que les étrangers qui vivent dans ma région ont le droit de donner leur avis sur les décisions communales, voir même cantonales, cela fait-il de moi quelqu’un qui n’aime pas son pays? 
  • Si je pense qu’un musulman doit pouvoir pratiquer sa religion dans une mosquée ou qu’un juif dans une synagogue, ou qu’un bouddhiste dans une pagode et j’en passe, cela fait-il de moi un non patriote?
  • Si je pense que mon pays doit être une terre d’accueil pour des gens qui doivent quitter leur pays afin d’assurer leur survie et celle de leurs enfants, cela fait-il de moi un non patriote?
  • Si je pense que la diversité culturelle, religieuse, idéologique est une richesse pour mon pays, cela fait-il de moi un non patriote?
  • Si je pense que, plutôt que de refouler des migrants chez mon voisin ou de les renvoyer chez eux, il vaudrait mieux aider les pays d’où proviennent ces migrants à prospérer afin que les gens n’aient plus besoin de fuir, cela fait-il de moi un non patriote?
  • Si je pense que la survie écologique de mon pays est aussi importante que sa survie économique, cela fait-il de moi un non patriote?
  • Si je pense qu’il faudrait trouver un système de répartition des richesses plus équitable afin que les riches ne deviennent pas de plus en plus riches et les classes moyennes et inférieures de plus en plus pauvres, cela fait-il de moi un non patriote?
  • Si je pense qu’un étranger peut apporter une plus-value à mon pays, cela fait-il de moi un non patriote?
  • Si je pense que mon pays peut trouver une place dans cette Europe et ce monde global qui se construisent autour de lui, cela fait-il de moi un non patriote?

Au plus profond de moi, j’ai l’intime conviction que la réponse à toutes ces questions est non.

Le patriotisme, comme le définit très clairement le Larousse c’est-à-dire l’attachement à son pays, en le défendant, bien sûr, mais aussi en le promouvant. Et quelle meilleure manière de promouvoir son pays qu’en l’ouvrant au monde qui l’entoure, qu’en faisant de lui une terre d’accueil, qu’en autorisant les gens qui y vivent à pratiquer leur religion librement et à participer activement aux décisions qui sont prises dans leur lieu de résidence? Libres à certains de penser qu’ils sont les seuls vrais patriotes, mais personnellement je me sens aussi patriote qu’eux et aussi attaché à mon village, ma région, mon pays qu’eux!

A tous les amoureux de notre belle patrie, je vous souhaite un joyeux 1er août.

Didier Buisson

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.