22 mai 2017

Dans la Newsletter parlementaire du Centre Gauche PCS de mai 2017

(extrait)

Rapport de la commission de gestion sur l’analyse de la procédure concernant la démission et le réengagement de Jean-Marie Cleusix (consulter le rapport)

Jonathan Darbellay a relevé le décalage entre l’impressionnante longueur de la liste des griefs formulés à l’encontre de l’ancien chef du Service de l’enseignement Jean-Marie Cleusix (affabulations et manipulations, comportement inadéquat envers les collaborateurs, intimidation de collaborateurs d’autres services, dégradation du comportement et des performances au travail, enregistrement de séances, etc.) et la douce sanction infligée (transfert implicite à un poste d’enseignant au secondaire II). Suivant le rapport de la commission de gestion, il souligne que le comportement de Jean-Marie Cleusix méritait effectivement un licenciement immédiat pour justes motifs et que les autorités judiciaires, en cas de recours, l’auraient dûment confirmé. Il ne peut ainsi recevoir l’argument avancé pour défendre la décision du Conseil d’Etat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.