14 mai 2016

Repenser la représentativité en Suisse

Il y a deux semaines, le Parlement suisse a refusé l’initiative parlementaire Candinas qui visait à accorder un congé paternité de deux semaines.

Selon Travail.Suisse, un sondage mené en 2015 donnerait 80% des personnes interrogées favorables au congé paternité de deux à quatre semaines. Comment expliquer alors que cette même représentation ne se retrouve pas au Parlement fédéral ? Quelle alternative pourrait-on apporter à cette interrogation ? Les solutions ne sont pas infinies, mais l’une d’entre elles mérite qu’on s’y attarde. Pour se faire, il faut remonter à l’époque de la démocratie athénienne. En effet, celle-ci reposait sur un système de tirage au sort pour bon nombre de charges politiques, hormis celles militaires. Sans entrer dans les détails de cette pratique antique, tentons de comprendre quels en seraient les bénéfices. Si les élus d’une chambre parlementaire étaient tirés au sort, les conséquences sur notre société seraient multiples. En effet, il paraît plus représentatif de sélectionner des personnes via le hasard, toutes les couches de la population seraient alors représentées.


Dans le film Demain de Mélanie Laurent et Cyril Dion, cette alternative est proposée et met en avant une étude qui prouve que les personnes tirées au sort pour faire parti d’un jury populaire se montrent très investies et intéressées de leur fonction. Si la représentativité est meilleure et si les députés travaillent plus, le tirage au sort apparaît potentiellement comme une solution nouvelle à nos problèmes démocratiques représentatifs ; sans compter que l’élu ne serait plus le candidat au plus gros budget, ou celui soutenu par les lobbys, mais un citoyen lambda, investi par la société d’une mission politique et pour laquelle il devra éventuellement rendre des comptes à la fin de son mandat. Il s’agit peut-être d’une des solutions qui empêcheraient la corruption d’une partie de nos élites, la collusion entre certaines institutions et même l’intérêt pécuniaire. L’idée peut paraître utopique, irréaliste, mais elle a déjà été appliquée et était apparue comme la meilleure forme de la démocratie citoyenne, il y a plus de deux mille ans de cela. Parce qu’au fond, la démocratie, c’est l’affaire de tous, pas que d’une élite sociale et politique.

Jasmine Lovey

Cet article est également paru dans l'édition du 13 mai du Peuple.VS no 74,p.10

2 commentaires:

  1. Excellent ! Cette manière de faire résoudrait en tout cas en grande partie les problèmes d'intérêts personnels,de copinage et de manque de représentation féminine. Le tirage au sort permettrait également à une plus grande frange de la population de se sentir concernée.

    RépondreSupprimer
  2. Excellent oui :-) Un groupe de citoyens a lancé l'été passé une initiative fédérale pour changer la donne : www.genomi.ch. À voir spécialement la revue de presse, dans laquelle nous arrivons au même constat concernant le congé paternité refusé. Ecrivez-nous.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.