15 février 2015

Votations fédérales du 8 mars prochain

Non à l'initiative «Aider les familles! Pour des allocations pour enfant et des allocations de formation professionnelle exonérées de l'impôt»

Entremont Autrement ne s'est pas montré insensible aux arguments des initiants. La défense de la classe moyenne et des familles a toujours eu une place centrale dans notre politique et il ne fait aucun doute que ce texte partait d'un bon sentiment.

Cependant, si le but est d'aider les familles, il parait évident que l'initiative le loupe totalement. Il faut déjà savoir qu'environ la moitié des familles ne paie pas d'impôt et ne bénéficiera donc pas du tout de cette initiative.
Pire, si le texte est approuvé par le peuple, cela ferait entre un et trois milliards de recette en moins pour les collectivités. Pour compenser cela, il faudrait soit augmenter les impôts, amenuisant de cette manière l'effet de l'initiative, soit diminuer les prestations ce qui péjorerait la situation des familles aux revenus les plus modestes.
Seules les familles de la classe moyenne supérieure pourraient tirer avantage de la situation, mais cela risque de se faire au dépend de citoyens moins favorisés.

Enfin, l'argument prétendant que les allocations ne sont pas un salaire et ne devraient donc pas être imposées n'a pas fait mouche: le droit fiscal est fondé sur le principe de lʼimposition selon la capacité économique. Or, le contribuable qui reçoit une allocation pour enfant ou une allocation de formation professionnelle augmente son revenu et donc sa capacité économique, ce qui justifie un impôt plus élevé.

En conclusion, il est important de soutenir les familles et la classe moyenne mais cette initiative qui laisse de côté la moitié des familles et n'est avantageuse que pour les plus favorisées n'est pas une solution satisfaisante aux yeux du mouvement Entremont Autrement.

«Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l'énergie»

Entremont Autrement s'est montré partagé face à cette initiative. Il est évidemment primordial de diminuer notre consommation d'énergie et d'encourager les citoyens à choisir des véhicules peu gourmands en énergie fossile. Cependant, remplacer la TVA par une taxe sur l'énergie est un pas qui peut sembler excessif: on parle de 5 francs le litre d'essence. Nous regrettons surtout que les régions périphériques pour qui il est plus difficile de se priver de véhicule soient largement prétéritées face aux régions urbaines avec ce texte.

Malgré tout, pour atteindre les objectifs énergétiques que notre pays s'est fixé, il faudra de toute manière consentir à des efforts; Entremont Autrement a donc décidé de ne pas donner de recommandation de vote au sujet de cette votation.


Lire aussi le billet d'Urbain 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.